With or without you

Quatre mois, une semaine, et trois jours que notre petite Oursonne est arrivée.

image

130 jours : ce chiffre-là est bien plus impressionnant que le nombre de mois ou de semaines (et je ne tente pas le calcul du nombre des repas !). 130 jours de soins, de câlins, de questions, de surprises, d’émotions. De fatigue aussi bien sûr : 130 jours c’est autant de nuits passées sans dormir plus de quatre heures d’affilée (il faudra que je pense à le rappeler à mon gros ours !). Même si je n’ai jamais considéré que nous pourrions être prêts à tout ça, je peux dire au moins que nous nous y attendions.

130 jours sans se quitter. Ça, bizarrement, je n’y avais pas pensé. Il faut dire que c’est une expérience rare : même au début d’une relation amoureuse on n’est pas si collés. On a du travail, des amis à voir. Depuis la naissance de ma fille, je ne travaille pas et je vois mes amis… avec mon bébé. Je peux compter à ce stade sur les doigts de la main les moments passés loin de ma fille : quelques séances de piscine, un verre entre copines, un rendez vous chez l’ostéopathe, un restau en amoureux. des moments en demi-teinte, entre soulagement, envie d’en profiter, et stress de la séparation. Bref. Le propos ici n’est pas de me plaindre. Maintenant que seulement 100 jours me séparent de la reprise du boulot, et qu’une routine, toute fragile soit-elle, s’est installée, je profite de mieux en mieux de nos journées en tête à tête. Ce que je voulais souligner c’est que le choc le plus violent dans mes premiers pas de Maman est celui que je n’avais pas anticipé une seule seconde : la dépendance totale de mon bébé, et la responsabilité permanente que cela m’impose.

Aussi, ces 130 jours déjà derrière nous ne me rendent-ils pas franchement nostalgique. Je trouve un peu dur de le formuler comme ça, mais c’est la vérité. Ces premiers mois ont été riches, et nous ont vu beaucoup évoluer tous les trois. J’aimerais pouvoir considérer que la notion de responsabilité est désormais bien intégrée dans notre quotidien. C’est probablement un vœu pieux. Mais il ne faut pas s’empêcher de se réjouir des avancées concrètes : le gros ours a passé son permis de conduire, j’arrive à utiliser la poussette sur un escalator dans le sens de la descente (bon ok, seulement avec l’aide de mon mari), l’Oursonne s’endort dans la chambre des copains pendant les soirées, … Tout le monde y a mis du sien ! Est-ce que le sentiment de responsabilité se fera moins oppressant avec le temps ? L’avenir nous le dira…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :