DIY : un petit détecteur de pics de pollution à domicile

Pour détecter un pic de pollution, il y a deux méthodes. On peut lire les bulletins de surveillance de la qualité de l’air : c’est la méthode classique. Dans la famille Ours, on pratique une méthode home made super fiable avec l’Oursonne, dont le nez se met à couler dès que l’indice de pollution grimpe…

Budi Kwan
Budi Kwan

La recette est assez simple. Vous prenez deux parents asthmatiques, vous vivez à Paris, et vous attendez les beaux jours. Si vous voulez corser un peu la recette, choisissez des parents stressés par la Mort Subite du Nourrisson, du genre à écouter respirer toutes les trois secondes leur bébé qui a le nez bouché. Vous obtiendrez une bonne panique qui fera de la clientèle en pédiatrie.

Depuis la naissance de l’Oursonne, nous avons connu deux épisodes de nuit « nez bouché ». Diagnostic du pédiatre : rhinite allergique. Pas une maladie qu’on attrape par des microbes ou parce qu’il fait froid, non ! Une maladie qu’on attrape parce qu’on vit en ville. Et peut-être aussi parce qu’on a un terrain familial sensible. Mais peut-être que cela s’explique par notre choix d’être citadins. Avec le Gros Ours, ça nous a énervés, troublés, interrogés. On s’est demandé ce qui nous retenait de quitter Paris. Bon en fait, pas mal de choses : le boulot, la famille, les amis…

Le déménagement n’étant pas à l’ordre du jour, je me suis mise à lire quotidiennement le bulletin de surveillance de la qualité de l’air. En dessous de l’indice 5, tout est permis pour l’Oursonne, chez qui je ne remarque aucune réaction particulière. Dimanche, je n’avais pas consulté le bulletin. Nous avons passé la journée à Versailles et ça me semblait suffisamment éloigné de Paris pour que tout risque soit écarté. Le soir, la respiration de l’Oursonne était un peu ronflante… Vérification faite, l’indice était de 6 ou 7 à Versailles aussi, ce jour-là.

Depuis le début de la semaine, nous suivons donc les consignes de la pédiatre. Consigne n°1 : pas de sorties aux heures chaudes, soit entre 9h et 18h. Consigne n°2 : pas de sorties en ville aux heures de pointe, soit encore avant 9h, et encore après 18h. Et comme on essaye de faire dormir cette enfant la nuit… on ne peut donc pas mettre le nez dehors, en théorie ! J’ai quand même fait une entorse hier, en faisant une petite sortie à 18h : nous avons seulement traversé la rue pour nous précipiter dans le Monoprix. Hmmmmm, on a bien pris l’air ! Bah au moins, il était bien frais. Et puis il y avait la deuxième démarque à -70%.

Et vous, vous les vivez comment, les pics de pollution ?

Publicités

7 commentaires sur “DIY : un petit détecteur de pics de pollution à domicile

Ajouter un commentaire

  1. Je decouvre ton blog … Plusieurs petites similitides .. Alors je souris
    De quel jour est ta fille? Le mien du 03/01
    Je ne suis pas « tres loin » de cette grande ville dont tu parles « V… »
    Je te suis à present 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :