S’équiper pour l’arrivée de bébé

Plusieurs bébés sont attendus dans notre entourage pour la fin de l’année. Voir les futurs parents en pleine réflexion sur l’aménagement de la chambre, les achats à faire ou pas, me renvoie à toute cette période où le bébé commence doucement à se matérialiser dans la maison. Pour mes collègues, copines, et pour toutes celles qui se préparent à accueillir leur petit, voici comment le gros Ours et moi nous sommes équipés avant la naissance de l’Oursonne… et comment nous aurions pu faire mieux !

RosalindMaroney
Rosalind Maroney

L’organisation de l’opération

Neuf mois de grossesse, ça laisse un peu de temps devant soi pour programmer ses achats. Avec le gros Ours, on s’est fixé deux deadlines : avoir fini la chambre à 7 mois révolus, et avoir bouclé les plus petits achats à 8 mois révolus. A l’époque, je croyais naïvement que la DPA était une date limite qu’à peu près personne n’atteignait jamais ; l’Oursonne s’est bien chargée de me remettre les idées en place en naissant à J+1. Bref. On a commencé par dire « oui » à tous les gens qui nous proposaient de nous donner du matériel. Butin : un lit à barreaux, un couffin, une chaise haute, deux écharpes de portage, un porte-bébé, une gigoteuse naissance, et des milliers de fringues (roses). Nous avons fait une liste de naissance en ligne pour le gros équipement (poussette, transat, Babycook, baignoire). Pour le reste, j’ai passé tout le premier mois de mon congé maternité à faire des achats sur internet. J’ai trouvé ça parfait : ça fait passer le temps très agréablement, ça limite (un peu) les achats compulsifs, ça évite de déplacer son gros ventre dans les magasins, et on est à la maison pour recevoir les colis qu’on n’a pas eu besoin de porter.

Et voici ce que ça a donné au final…

Pour les repas

Comme j’avais prévu d’allaiter, je m’étais équipée de façon assez sommaire pour les premiers temps.

  • un coussin d’allaitement. J’ai dormi avec pendant les cinq derniers mois de ma grossesse. Il m’a bien servi le premier mois d’allaitement. Ensuite, j’étais plus à l’aise, et je pouvais me satisfaire d’un empilement de coussins de canapé, voire de ma propre cuisse. Le coussin m’a été bien utile par ailleurs pour y caler l’Oursonne dans ses moments d’éveil, semi-allongée, ou assise quand elle était encore un peu vacillante dans cette position.
  • deux soutien-gorge d’allaitement… trop petits. J’avais pris la taille que je portais pendant ma grossesse. Ma mère et ma sœur m’ont achalandée en urgence à la mater avec deux pièces de remplacement.
  • une boîte de coussinets d’allaitement jetables et six coussinets lavables. J’ai utilisé quelques jetables en tout début d’allaitement, et pas du tout touché aux lavables. Leur degré d’utilité varie d’une personne à l’autre, donc on peut commencer par les jetables et attendre de voir…
  • trois bavoirs et trois langes. Ça sert toujours.
  • Un Babycook. Pour plus tard…

Il a fallu acheter dès la sortie de maternité pas mal de choses pour compléter :

  • un tire-lait manuel (qui comprenait un biberon)
  • des bouts de sein en silicone
  • deux tubes de lanoline
  • cinq boîtes de 20 sachets de tisane d’allaitement (et ce n’était pas ma dernière commande !)

Pour le sommeil de bébé

  • un lit à barreau dans lequel l’Oursonne a dormi à partir de ses cinq mois.
  • une alèse et deux draps housse pour le lit à barreau.
  • un tour de lit que nous n’avons pas installé, suivant la recommandation des cours de préparation à l’accouchement.
  • un couffin dans lequel l’Oursonne a dormi jusqu’à ses cinq mois (logique), dans notre chambre. Les premières semaines, je le déplaçais carrément dans le salon en journée. Comme ça, je limitais les aller-retours et ma fille était tout le temps près de moi.
  • une alèse et deux draps housse pour le couffin.
  • pas de doudou dans le couffin. Là aussi, sur la recommandation des cours de la maternité.
  • une gigoteuse taille naissance/un mois. J’ai trouvé très rassurant de lui faire porter cette toute petite gigoteuse plutôt qu’une plus grande dans laquelle elle aurait flotté.
  • une guirlande lumineuse. Achetée à l’origine pour décorer la chambre de l’Oursonne, elle s’est retrouvée dès les premières nuits dans notre chambre et est devenue notre veilleuse.

J’ai acheté après quelques semaines :

  • une couverture d’emmaillotement qui a changé les nuits de l’Oursonne qui se réveillait sans arrêt. Une fois cette couverture adoptée, nous avons d’ailleurs abandonné la gigoteuse.

Pour les soins

C’est sur ce poste qu’il y a le plus de consommables. J’ai fait du stock en achetant des gros lots sur Amazon.

  • une table à langer
  • un matelas à langer
  • quatre serviettes de bain à la taille du matelas à langer plutôt que des housses de matelas, qui sont plus longues à retirer qu’une serviette simplement posée dessus.
  • 135 couches
  • 10 sachets de 75 carrés de coton. J’en ai eu pour six mois !
  • 2 bouteilles de 300 mL de liniment
  • un petit paquet de 30 lingettes, pour les sorties.
  • cinq gants dans la même matière que les langes. A défaut de me lancer dans les couches jetables, je voulais éviter de consommer des tonnes de coton pour chaque caca. Les gants se rinçaient facilement à l’eau, mais j’ai finalement laissé tomber assez rapidement… La paresse a pris le dessus sur mes intentions écolos.
  • une petite poubelle, pas spécialement prévue pour les couches.
  • une baignoire pliable qui se rangeait sans prendre de place dans notre petite salle de bains. A posteriori, je me dis qu’on aurait pu se contenter de mettre très peu d’eau et d’allonger l’Oursonne sur un tapis de bain. Ça aurait été beaucoup moins inconfortable pour nous et cela lui aurait donné plus de liberté de mouvement. Mais je n’y avais pas pensé !
  • un gros flacon pompe (750 mL) de savon pour bébé
  • une trousse de manucure : coupe ongles, lime et ciseaux, en format mini
  • une brosse et un peigne. J’ai religieusement brossé les cheveux de ma fille les premiers jours car j’avais lu que ça permettait de prévenir les croûtes de lait. Je me suis un peu relâchée après mais j’ai continué à lui faire un shampoing à chaque bain, là aussi pour éviter la formation de croûtes.
  • des cotons tige spécial bébé, que j’ai très rarement utilisé.

Nous sommes sortis de la maternité avec une ordonnance qui a encore étoffé la table à langer (vitamines, désinfectant, compresses, sérum physiologique, Doliprane, pommade pour les fesses). Et se sont ajoutés aussi :

  • des petits sacs poubelle (oups !)
  • deux capes de bain.

Pour les sorties

  • une poussette. J’ai beaucoup hésité avant d’en acheter une, d’autant que c’est l’un des équipements les plus coûteux sur la liste des achats de naissance. Je vis à Paris et je ne me voyais pas me déplacer avec une poussette dans les transports en commun. Et de fait, j’ai peu utilisé la poussette quand j’étais seule. Notre choix s’est arrêté sur un combiné siège auto/poussette, qui était lourd et encombrant. Le siège surtout nous a été utile pour prendre la voiture et faire dormir l’Oursonne hors de la maison. Au fond, c’est peut-être une nacelle qu’il nous aurait fallu… Dès que l’Oursonne a commencé à tenir mieux assise, j’ai acheté une poussette-canne d’occasion. Nous avons dit adieu à sa première poussette, mais conservé le siège auto qui va pouvoir nous servir encore un moment.
  • un nid d’ange. Impossible de l’utiliser avec le siège de la poussette, alors qu’il aurait fait merveille dans une nacelle. C’est ma mère qui l’avait tricoté, je suis dégoûtée de ne pas avoir pu en faire usage. Je le garde précieusement pour une prochaine fois.
  • deux écharpes de portage. L’une en coton et lin, l’autre en maille stretch. J’ai beaucoup, beaucoup utilisé la seconde, dehors comme dedans.
  • un porte-bébé. Il me faisait mal au dos au bout de quelques minutes, et je m’inquiétais de la position de l’Oursonne. Après deux tentatives, j’ai définitivement abandonné le porte-bébé au profit de l’écharpe.
  • une combinaison douce et chaude, avec… des petites oreille d’oursonne, bien sûr !
  • plusieurs petits bonnets.

Cet équipement a fait l’affaire un bon moment. Puis au fil des mois j’ai investi dans :

  • une autre écharpe de portage…
  • … et encore une autre
  • deux bobs et des lunettes de soleil. Je n’avais que des bonnets de laine pour mon bébé d’hiver… Mais il a assez vite fallu la protéger du soleil.

Pour les moments d’éveil

  • un transat. Pratique pour poser son bébé avec l’assurance qu’il est bien en sécurité.
  • une petite couverture sur laquelle l’Oursonne a passé beaucoup de temps, allongée sur le dos.
  • un tapis de jeu sur lequel je posais l’Oursonne sur le ventre, pour varier les plaisirs !

Je crois que j’ai fait le tour… Avec un bébé, même quand on veut faire le minimum, on se retrouve déjà avec une montagne de trucs… Qu’est-ce que ça a donné pour vous, les « déjà mamans » ? Et vous, les futures mamans, vous en êtes où dans votre liste ?

Publicités

13 commentaires sur « S’équiper pour l’arrivée de bébé »

      1. Et il y a tellement de marque… D’ailleurs je vois que tu es un pro des écharpes de portage, ça m’aurait intéressé d’avoir ton avis coup de coeur pour l’une…

        J'aime

      2. Les deux que j’ai achetées sont de la marque Je porte mon bébé : la PESN que j’ai assez peu utilisée (elle est conçue pour un usage très ponctuel) et la basic que j’adore et que je te recommande à partir de trois/quatre mois. Pour les débuts, j’étais contente d’avoir une écharpe longue. Même si c’est plus encombrant, ça permet de porter le bébé dans une position vraiment rassemblée (sans que rien ne passe entre ses jambes), que je trouvais rassurante avec un tout petit.

        Aimé par 1 personne

  1. Avec l’ « expérience » du premier bébé, je sais maintenant qu’il y a beaucoup de choses que je ferais différemment, que j’achèterai différemment … On s’est beaucoup laissé offrir et au final on s’est retrouvé avec des éléments pas pratiques ou qui ne me plaisaient! Pour un prochain bébé, je ne demanderais que de l’argent, j’expliquerai que je préfère acheter moi même. Je pense que c’est important de pouvoir prendre ses prorpes décisions quand on prépare l’arrivée d’un enfant!

    J'aime

  2. Coucou ! Ici, ça y est, nous sommes officiellement parfaitement équipés, à J-23…du jour J. Avec des biberons en plus et des bouts de sein en moins 😉
    Une question au sujet de l’absence du tour de lit : est-ce que l’oursonne ne s’est pas cogné ou coincée entre les barreaux ? Pour l’instant je n’en ai pas acheté (on a un couffin en osier pour les premières semaines), mais je demande si ça ne deviendrait pas utile au bout d’un moment, quand ils commencent à gigoter ou se retourner dans le lit ?

    J'aime

    1. Hello ! Bravo pour la préparation ! Y a plus qu’à ! L’Oursonne ne s’est jamais cognée (en tout cas, elle n’en a aucune trace). En fait, bouger dans son lit ça arrive très très tard… Genre après cinq/six mois. Avant, c’est une période bénie où tu retrouves l’enfant allongée bien là où tu l’avais mis.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s