Les semaines d’adaptation de la famille Ours – septembre

Vendredi, quand nous avons atteint la porte de la section des petits à la crèche, l’Oursonne a poussé une sorte de cri de joie. Demain matin, elle entamera sa troisième semaine de crèche à temps plein. Elle s’est adaptée incroyablement vite à sa nouvelle vie. Alors que moi, j’ai encore un peu de mal à croire que c’est ça, notre nouvelle vie.

Pour commencer cet article avec un peu de cérémonie, je vous propose d’enterrer en bonne et due forme la rubrique « La semaine de la famille Ours ». Ce rendez-vous n’a plus vraiment de sens maintenant et j’ai décidé de vous épargner un article hebdomadaire pour dire que j’ai travaillé lundi, et mardi, et mercredi, et aussi jeudi, et puis vendredi mais bon l’ambiance était un peu plus légère car c’était bientôt le week end. Bien sûr, je vois ma fille – tous les jours d’ailleurs. Mais nous partageons maintenant des moments très ritualisés, qui se répètent chaque jour. Et chaque semaine va donc fatalement ressembler à la précédente. Ok, pour l’entrain je repasserai. Mais bon, on est dimanche soir.

image(1)
J’ai fait environ cinq photos de ma fille en deux semaines… Je vous remercie donc de votre indulgence pour la sélection de photos pas très très intéressantes de cet article. Sur celle-ci, notez tout de même qu’elle est déguisée en Oursonne.

Le titre de cet article est un peu mensonger. En fait, j’aurais bien à vous raconter en détail les trois dernières semaines. Elles sont passées à toute vitesse. Elles ont été intenses comme prévu, quoique moins éprouvantes que je ne l’avais imaginé, comme je l’ai déjà évoqué ici. Il y a eu la fameuse semaine d’adaptation à la crèche. Mais pour moi, l’épreuve du feu, c’était plutôt la semaine suivante, la première où on a été séparées toute la journée, tous les jours. Au cours de cette semaine-là, l’Oursonne a fait des progrès fulgurants : à la crèche, elle est passée de 15 minutes de sommeil en transat  sur la totalité de la journée le lundi, à deux siestes de près d’une heure dans son lit le vendredi ; et parallèlement elle a complètement assimilé le quatre pattes et crapahutait joyeusement aux quatre coins du salon le week end, en faisant quelques pauses pour s’asseoir et lever les yeux au plafond (nouvelle passion !). Ses deux dents du haut ont percé et son nez coule non stop depuis deux semaines mais elle dort quand même. Bref, elle cumule les symptômes de bien-être (à croire qu’elle cherche à me rassurer), et le bilan est plus positif que je n’aurais jamais osé l’espérer.

image(2)
L’Oursonne avec Wolfie, le doudou qui l’accompagne chaque jour à la crèche. Pour celles qui aiment les devinettes, sachez que le nom de ce doudou est un clin d’oeil à une homonyme de ma fille qui surnommait ainsi son célèbre mari. Voilà, vous pouvez deviner le prénom de l’Oursonne.

De mon côté, j’ai encore un peu de mal à me faire à l’idée de voir ma fille deux jours sur sept. Forcément, après des mois de 24/24, je suis un peu comme droguée qui cherche à obtenir sa dose de temps avec sa fille. Sauf que cela a plutôt des effets bénéfiques sur notre quotidien. Je me précipite sur la moindre occasion de lui donner le biberon, je lui brosse consciencieusement les cheveux pour faire durer le moment où je l’habille le matin, je suis plus motivée que jamais pour lui lire un livre, chanter une chanson ou trouver de nouveaux jeux dans l’eau du bain. C’est vrai, se voir moins, ça a tout de suite un effet sur la qualité des moments qu’on passe ensemble. J’avais peut-être l’air tout à l’heure de me plaindre que les jours se répètent. Mais je suis en fait très attachée à notre routine – j’y consacrerai d’ailleurs un article pour répondre à die Franzoesin qui se demande comment se passent les journées des autres mamans qui reprennent le boulot.

image(3)
Par exemple il y a ce nouveau moment de jeu avec les magnets du frigo, pendant que le repas du soir chauffe.

De toute façon, à long terme, il n’y a pas vraiment d’autre solution. Même si j’arrêtais de travailler, la séparation serait inévitable. Dans l’hypothèse la plus extrême, à six ans au plus tard, l’Oursonne sera bien obligée d’aller à l’école et on y reviendra, à ces cinq jours sur sept sans se voir. Ne pas vivre avec ses enfants, c’est… la vie… J’ai encore un peu de mal à le concevoir, mais la fusion, c’est fini. D’ailleurs je ne peux pas me plaindre, avec neuf mois de grossesse et huit mois de congés cumulés, j’en ai tout de même bien profité.

Bonne nouvelle semaine à toutes !

Publicités

17 commentaires sur “Les semaines d’adaptation de la famille Ours – septembre

Ajouter un commentaire

      1. Outch, on a fait dans le vraiment pas commun … Ça a un rapport avec le Feu (sans blague) et c’est un saint breton qui a aider le roi Arthur à terrasser un dragon … voilà, bon courage XD
        Tu peux m’envoyer un mail si tu trouves 😉

        J'aime

  1. Très joli article qui me met du baume au cœur pour ma reprise qui approche ! Un point commun c’est le plaisir qu’ont nos petits à aller à la crèche. Il faut se dire qu’on a de la chance et que c’est sans doute bon pour eux ! Un deuxième point commun c’est le nez qui coule depuis deux semaines mais bon 😉 . J’ai hâte de lire l’article que j’ai commandé sur ta journée type !!!

    J'aime

  2. J’aime beaucoup ton article, 5 jours sur 7, c’est peu, je me faisais la même réflexion hier… Mais comme tu dis c’est la vie, et ton oursonne n’a pas l’air malheureuse (la mienne non plus d’ailleurs!). Quoi ? Elles peuvent être heureuse même quand on n’est pas là ! C’est presque vexant mais à la fois bien rassurant 🙂

    J'aime

  3. On commence l’adaptation jeudi par ici, et le retour au boulot à la fin octobre, le jour de ses 7 mois. Et j’ai pour l’instant surtout peur de sa réaction à lui alors je souhaite qu’il soit aussi joyeux que ta puce ! A suivre.

    J'aime

  4. Dur dur de laisser nos petits bouts ! Tant mieux qu’elle se sente bien, c’est que tu as bien su la rassurer tous le temps que vous avez passé ensemble !
    Le plus dur reste pour nous je crois… comme toi j’aimerais la garder jusqu’à l’école, et pourquoi pas faire l’école à la maison ? Mais on ne peut pas faire ce qui nous chante !
    Après une petite adaptation on va s’y faire, le plus important pour l’instant c’est que nos bébés soient contents 😉
    Bisous

    J'aime

  5. Ah c est super tout ca ! Meme si pour nous oui c est dur de les laisser un peu « vivre sans nous » …
    Bon je suis nulle aux devinettes … Tant pis lol
    Bon mon crapaud 2 semaines de moins ne crapahute pas encore !! Assis ca lui suffit apparement !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :