24 heures de la vie de l’Oursonne

Après la naissance de l’Oursonne, j’ai attendu (très vite et) très impatiemment que notre vie passe du chaos absolu à une routine bien réglée. Il a fallu plusieurs mois pour que tout se mette en place. Avec la reprise du boulot et l’entrée en crèche, nous avons définitivement affiné notre planning ce dernier mois. Alors, une journée de la vie de l’Oursonne à presque neuf mois, ça donne quoi ?

MondayBon j’avoue, le titre de cet article est totalement mensonger. En réalité, depuis qu’elle va à la crèche, je ne participe qu’à 2 ou 3 heures de la vie (bam ! le constat qui fait mal) de l’Oursonne chaque jour, en semaine.

Le matin

L’Oursonne se réveille entre 7 et 8 heures le matin. Ce n’est pas plus régulier que ça, et j’ai l’impression qu’elle est assez sensible à l’activité qu’il peut y avoir dans la maison pendant ses dernières minutes de sommeil. Comprendre : elle dort plus tard le week end ! Yeeeaaah ! Bon enfin, elle dort jusqu’à 9 heures max, ne nous emballons pas ! Bref. Quand l’Oursonne se réveille, elle peut patienter tranquillement dans son lit quelques minutes. Le temps pour moi de finir de me préparer. Ensuite, tout s’enchaîne : je la sors de son lit, je prépare son biberon en la gardant dans mes bras, puis je lui donne le biberon dans la chambre parentale, à côté du gros Ours qui, en général, dort encore à moitié. On partage ensuite un moment de câlins et de jeux tous les trois, le temps de laisser l’Oursonne digérer un peu avant d’aller se contorsionner sur la table à langer. Ensuite donc, retour dans la chambre de l’Oursonne. En général j’ai déjà choisi la veille ses vêtements pour gagner du temps. Je la change, je lui tartine les fesses de pommade, je l’habille, je lui donne ses vitamines, on brosse ses petites boucles toutes douces. A ce moment-là elle est bien éveillée, on discute, on chante. Et ce sont presque nos dernières minutes partagées, alors j’essaye d’en profiter au maximum. Une fois l’Oursonne habillée et chaussée, je l’installe dans la poussette avec son doudou. Et zou ! On part pour la crèche ! J’avoue que je ne regarde pas trop l’heure pendant tout le rituel du matin. Je n’ai pas envie d’être stressée par le temps et je ne suis pas vraiment à 15 minutes près pour arriver au boulot, donc j’y vais au feeling, je sais qu’on est toujours plus ou moins dans les clous. Mais en gros, je dirais que de son réveil à notre départ, sans se presser, il se passe environ 30 minutes.

Le soir

La crèche de l’Oursonne ferme à 18h30. Nous devons donc nous présenter pour la récupérer à 18h15 au plus tard. J’ai trouvé ça un peu abusif au premier abord, mais je dois reconnaître qu’entre le moment où j’arrive à la crèche, et celui ou on en passe la porte avec l’Oursonne, il se passe une grosse dizaine de minute. Avec les câlins de retrouvailles, les transmissions avec la puéricultrice, un petit détour par son casier pour récupérer ses affaires, le rhabillage, le local poussettes… si on veut faire tout ça en gardant un rythme sympa pour le bébé, c’est vrai, c’est long. Je trouvais aussi avant la reprise que 18h30, c’était super tôt comme heure de fermeture pour la crèche. Sauf que je me suis vite rendue compte du très gros avantage de ces horaires : on a un peu de temps à partager à la maison avec notre bébé. Comme ça reste difficilement compatible avec nos horaires de travail, on s’est réparti la semaine avec le gros Ours : il est « de service » deux fois par semaine, et moi aussi. Le mercredi, c’est ma maman qui prend le relais. Du coup, pour ce qui suit, je décris ma soirée type avec ma fille (même si les autres sont évidemment très similaires). De retour à la maison après un trajet de quelques minutes, on peut jouer avant le bain. C’est aussi le bon moment pour ranger des vêtements propres dans la chambre de l’Oursonne, préparer ceux du lendemain, sortir un body propre pour la nuit… A 19h, à l’eau ! Bon ces dernières semaines, il faisait un peu froid dans l’appart, l’Oursonne avait la goutte au nez, on a limité les bains à un jour sur deux. Mais sinon, j’aime bien le faire quotidiennement. Pas pour des raisons d’hygiène, mais plutôt pour la détente, et le rituel. Comme le moment où je prends l’Oursonne dans son lit le matin, le bain est le coup d’envoi du coucher. Je ne peux pas parler de « rush », car encore une fois, je ne suis pas à la minute près et je ne cherche pas à foncer à tout prix vers l’issue de la soirée. Le bain dure, selon l’humeur de l’Oursonne, de dix à 15 minutes. Je l’emporte bien saucissonnée dans sa sortie de bain vers sa chambre pour lui mettre une couche propre, l’enduire de crème et la masser (si elle est impatiente et grognon, je zappe cette étape), lui enfiler son body et un pyjama bien chaud. Ensuite, c’est l’heure de manger ! J’ai l’impression que l’Oursonne a bien enregistré le lien de « cause à effet » entre le bain et le dîner, et c’est l’un des rares moments où il m’arrive de la sentir affamée. Dans la cuisine, je la dépose devant le frigo. On a posé des magnets sur la porte du bas pour qu’elle puisse jouer pendant que je réchauffe sa purée du soir et l’eau de son biberon. Je l’installe sur sa chaise haute pour lui faire manger ladite purée (100 grammes ou un peu moins, 1/3 féculents, 2/3 légumes). Petite parenthèse : j’ai pris l’initiative toute seule de ce repas à la cuillère le soir, en me basant sur ce tableau. Quand on a commencé, j’avais surtout besoin de reculer un peu l’heure du coucher car l’Oursonne se réveillait vers 5h du matin (aïe !). Et puis, à la crèche elle a le midi une purée de légumes + viande, mais pas de féculents. On rattrape donc cet apport le soir. Quand ce petit repas est fini, on s’installe pour prendre le biberon dans la chambre de l’Oursonne : dans le noir avec la veilleuse, et en gigoteuse, bien calées dans le rocking chair. A la fin du biberon, on se fait un gros câlin, je souhaite « bonne nuit » à l’Oursonne et je la dépose dans son lit, en lui mettant son doudou dans les mains. C’est un peu expéditif comme rituel de coucher, il n’y a pour le moment ni chanson ni histoire. j’imagine que ce sera pour plus tard… Car la plupart des soirs, l’Oursonne n’oppose aucune résistance : c’est l’heure, elle est cuite. Elle se tourne sur le côté avec le doudou dans ses bras, et je n’ai plus qu’à m’éloigner doucement et fermer la porte… Jusqu’au lendemain matin*. A 20h, au plus tard, l’Oursonne dort. Un soir sur deux, je prépare les deux prochains repas du soir, mais ça n’est pas trop prenant. Pour nous,finalement, la soirée ne fait que commencer…

Et chez vous, comment se passe la journée de bébé ?

*Ça fait maintenant plus d’un mois qu’elle ne nous réveille plus la nuit mais je continue à trouver ça miraculeux !

Publicités

15 commentaires sur « 24 heures de la vie de l’Oursonne »

  1. C’est chouette si tu n’as pas la pression de l’horaire le matin et le soir, ça permet effectivement d’être plus cool ^^.

    Pour l’incrédulité, rassure toi, ça fait 2 ou 3 mois que FeuFolet s’endort sans râler le soir et je ne m’en remet toujours pas … je suppose que c’est un réflexe de protection pour ne pas perdre la main si ça recommencé XD

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis un peu jalouse de l’heure à laquelle elle se réveille le matin : on ne dépasse presque jamais les 6h30 ici 😉 . A part ça notre rituel est assez semblable le matin comme le soir ! Ici aussi le coucher me semble parfois un peu expéditif mais il s’endort alors bon… On va pas chipoter 🙂 . Quand j’aurais repris le travail promis j’écrirai un article semblable ! Ah et sinon une petite question : la purée le soir quand elle est fatiguée, ça ne tourne pas vite au carnage ? Moi j’ai un peu du mal, il se frotte les yeux, s’en met partout…

    J'aime

    1. On a connu quelques réveils très matinaux nous aussi comme je le disais dans l’article. Mais avec la purée, le rythme de la crèche, les nuits qui s’allongent aussi sans doute, ça n’a pas duré longtemps. A quelle heure s’endort ton fils ? Il fait encore une sieste en fin de journée ? Pour te répondre : la purée du soir est vraiment une petite quantité, en général ça se passe bien. Ma fille est très endurante contre le sommeil je trouve, elle attend souvent le moment où on est dans sa chambre et dans la pénombre pour vraiment se relâcher…

      J'aime

      1. Il s’endort à 20h aussi mais montre déjà des signes de fatigue dès 19h30 en général – d’où la difficulté du repas à la cuillère… Je ne le mets pas au lit plus tôt car sinon il se réveille en général encore plus tôt. Et pas de sieste en fin de journée en général… Là ça fait deux matins qu’il se réveille un peu plus tard alors qui sait, je croise les doigts, peut-être que le nouveau rythme de la crèche et les nuits qui s’allongent vont aussi aider ici !

        J'aime

  3. Je trouve ta journée type vraiment bien calée! Mon fils avait à peu près le même rythme à l’âge de ta fille. Depuis ça a bien changé. Mais c’est le luxe didonc 9h le week end!

    J'aime

    1. Ca reste une journée type bien sûr, alors ça fait tout de suite très calé, mais c’est vrai qu’on a pris nos habitudes ! Et pour le week end, oui je mesure ma chance ! Même si la marmotte repentie que je suis a encore un peu de mal à faire le deuil des grasses matinées… qui durent toute la matinée 🙂

      J'aime

  4. Ma journée ressemble un peu à la tienne si ce n’est qu’elle va chez la nourrice. En revanche, malheureusement moi elle ne se lève jamais après 7h30 (même les weekends, vacances et jours fériés… Arf) ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s