Une histoire de prénom

Cela ne fait pas encore un an que l’Oursonne est née, mais déjà plus d’une année que son prénom fait partie de notre vie. Voici son histoire.

prénomPré-histoire

J’ai toujours été une grande fan de prénoms. Ça fait bizarre, dit comme ça, mais je vous jure, c’est vrai : c’est un sujet qui me passionne, je pourrais en parler des heures. J’aime connaître leur signification, j’aime savoir pourquoi ils ont été choisis, j’aime me demander si à dix ans d’écart les gens se seraient appelés autrement, j’aime savoir si les gens ont un deuxième prénom, et même comment s’appellent leur frère, leur soeur, leurs parents. En 2000, je me suis lancée dans une longue liste de mes prénoms préférés. J’ai même fait des listes de prénoms par thème, pour le plaisir. J’ai revu et corrigé cette liste dans l’année qui a suivi. Et puis, ne me demandez pas par quel miracle, j’ai réussi à conserver ce papier jusqu’à aujourd’hui. Je n’aime plus que quelques prénoms sur cette liste. Et parmi ceux-ci se trouve… le prénom de l’Oursonne. Eh oui ! Je l’aimais depuis tout ce temps. Pourtant quand nous l’avons choisi, je n’avais pas exhumé ma liste vintage, je l’avais même un peu oubliée. Je suis retombée dessus presque par hasard en rangeant mes papiers à la fin de ma grossesse, alors que notre choix était fait. Et je me suis dit que c’était marrant, la vie, parce que quand j’avais écrit ce prénom au milieu de tous les autres quinze avant je ne pensais pas vraiment que ce serait un jour celui de ma fille.

Chapitre 1

Quand j’ai rencontré le gros Ours, nous avons assez vite parlé de prénoms d’enfants – c’est plus léger que de parler de projets d’enfants ! Mais bien sûr, tout cela nous paraissait à l’époque très virtuel. N’empêche que bon, j’ai même un mail qui témoigne de nos tractations. Je viens de le regarder à nouveau et c’est assez dingue. Il contient 14 prénoms de garçons et 3 prénoms de fille. Michelle, Floriane et… je vous le donne en mille ! Le prénom de l’Oursonne. Je ne me souvenais pas du tout qu’il en faisait partie. Comme quoi hein… C’était notre destin, ce prénom ! En y regardant de plus près, je constate que nos goûts n’ont pas trop changé depuis notre rencontre. En même temps le fait qu’on se plaise toujours mutuellement en est un bon symptôme ! Enfin, encore une fois, cette liste-là ne nous a pas servi du tout pour choisir le prénom.

Chapitre 2

Dès le début de ma grossesse, on s’est très vite mis d’accord sur le fait de choisir le prénom uniquement après avoir appris le sexe du bébé. Comme ça, on évitait de se prendre la tête pour rien. Et j’ai aussi imposé un critère : pas de prénom du top 10. Je m’étais dit aussi : pas de prénom déjà dans la famille. Mais en fait, dans ma famille, on est très nombreux, et en plus on a bon goût (ou en tout cas on a les mêmes), donc j’ai cédé sur ce point.

J’étais donc très très impatiente de connaître le sexe/choisir le prénom/accoucher/voir mon enfant courir partout/l’accompagner aux épreuves du bac. S’il y a bien un mot qui résume ma grossesse, c’est l’impatience. Du coup j’ai accouché à J+1, ça m’a fait les pieds. Et depuis mon rapport au temps a bien changé. Mais bon, je m’égare. Donc, on devait attendre la deuxième écho. J’ai quand même craqué environ une semaine avant. A ce moment-là je commençais à bien sentir le bébé bouger, je commençais à trouver insupportable de ne pas pouvoir parler de lui en disant « il » ou « elle », j’avais de plus en plus envie de pouvoir l’appeler par son prénom. Bref. J’ai balancé au gros Ours mes idées pour un garçon (un top 4 et une bonne dizaine d’autres qui me plaisaient aussi) et mes deux seules idées pour une fille. Deux prénoms très représentés dans ma famille, mais c’est justement pour ça qu’ils me plaisaient – oui, c’est complètement en contradiction avec mes principes de départ.

Pour les garçons, mon mari était ouvert à la discussion. Pour les filles, pas du tout. J’ai supplié le gros Ours de consulter un site de prénoms, car je ne voulais pas qu’on sèche pendant des semaines sur cette recherche. Il a accepté de se prêter au jeu pendant environ cinq minutes. On est tombé sur un prénom de fille qui lui a plu, énormément. Il m’a dit « on arrête parce que sinon je vais être déçu si on attend un garçon ». Puisque la question « fille » semblait réglée, on a reparlé de prénoms de garçons avant l’écho. On avait plein d’idées. Il aimait tout ce que je proposais, et réciproquement. On allait au-devant de grosses difficultés ! L’échographie nous a révélé que nous allions avoir une petite fille. Le coup de cœur du gros Ours s’imposait. En rentrant de la maternité, pour être sûrs de notre choix, nous avons quand même ouvert une dernière fois le livre des Prénoms que des copains nous avaient prêté. J’ai proposé Gisèle, le prénom de l’arrière grand-mère du gros Ours. Il a dit non. Nous nous sommes arrêtés ensemble sur Michelle en se disant « pourquoi pas ? ». Mais on n’était pas aussi emballés que par l’autre prénom. Quelques heures plus tard, en allant dîner chez mes parents pour leur annoncer le sexe du bébé, nous avons compris que notre choix était fait et qu’il n’y aurait pas de retour en arrière. Petite anecdote : au début de l’été, mon père avait rêvé que le bébé allait s’appeler Ignace. Mes parents, mon frère et mes sœurs l’ont donc appelé ainsi pendant tout l’été. A partir du soir de l’annonce, Ignace est devenu Ignacia jusqu’à la naissance. Anecdote de l’anecdote : pendant le dernier mois de grossesse, j’ai pris des granules homéopathiques pour la maturation du col. Dont de l’Ignatia Amara.

Chapitre 3

Nous avons caché le prénom de l’Oursonne à tout le monde jusqu’à sa naissance. D’abord parce qu’on n’avait pas envie de discuter notre choix. Et aussi parce que la surprise, c’est fun ! Et les devinettes, c’est rigolo aussi ! Certains se sont lancés sans filet. On nous a soumis Mathilde, Capucine, Lou, Madeleine. Mon frère a été pendant un long moment persuadé que sa nièce allait s’appeler Sophie.

Pendant le dernier mois de grossesse, nous avons officiellement diffusé quelques indices. Le gros Ours pensait que ça n’intéresserait personne : grosse erreur de sa part ! Notre famille et nos amis ont enquêté avec beaucoup d’enthousiasme et réclamé un nouvel indice chaque semaine. Voici ce qu’ils ont su :

  • le prénom n’est pas dans le top 10, ni dans la famille
  • il existe une variante masculine de ce prénom
  • la première lettre du prénom est dans la première moitié de l’alphabet
  • la racine du prénom est latine

Nous avions aussi dit que le prénom était un coup de cœur du gros Ours, ce qui a orienté les amis sur de fausses pistes. Un indice « parallèle » et non officiel a également un peu parasité les recherches de nos copains. Un autre couple attendait une fille aussi, et nous avions convenu d’échanger des indices pour être sûrs de ne pas avoir choisi le même prénom. Ils hésitaient pendant un moment entre deux prénoms et avaient dit : « la première lettre de l’un est la dernière de l’autre, et réciproquement ». Et cela nous avait suffi pour savoir qu’aucun de ces prénoms n’était le nôtre.

Une fois tous ces indices combinés, il restait une petite quinzaine de prénoms, et chacun a misé sur son préféré. Il n’y avait évidemment rien à gagner à part notre admiration. La plupart de nos amis étaient convaincus que notre bébé allait s’appeler Justine. Quelques-uns, ainsi qu’une de mes sœurs, penchaient pour Clémence. Mon père misait sur Léonie. Une de mes sœurs, Lucie. Une autre (j’ai trois sœurs en tout) avait deviné le bon prénom. Mais nous n’avons rien confirmé à personne jusqu’à la naissance. L’Oursonne a été déclarée avec trois prénoms au total. Le deuxième et le troisième sont les deux prénoms que j’avais suggérés pour une fille : Marie et Cécile.

Fin.

Bibliographie

  • Cet article m’a été inspiré par celui de Baby Factory que vous pouvez lire ici !
  • Si vous partagez ma passion pour les histoires de prénoms je vous recommande la lecture du blog jolisprénoms

Et vous, comment avez-vous choisi le(s) prénom(s) de vos enfants ?

Publicités

19 commentaires sur “Une histoire de prénom

Ajouter un commentaire

  1. Eh ben, quelle histoire, ce prénom !
    Mais je te comprends, moi aussi, j’adore la symbolique des prénoms, savoir les deuxième et troisième prénom, le pourquoi (parrain/marraine, grands-parents, traditions), ceux des fratries, ect.

    Et avec mon mari, on rêve aussi de certain prénom, bien avant la conception, avec l’espoir qu’il tienne dans le temps (ben oui, plus le temps passe, plus tu risque de changer d’avis)

    Aimé par 1 personne

  2. Et alors, finalement, on ne va pas savoir ?? (non parce que ta liste d’indices, sans savoir tes goûts de départ, elle peut correspondre à beaucoup beaucoup de prénoms :p)

    Moi aussi j’avais une liste de prénoms depuis l’adolescence. Je savais que le prénom de Choupie en faisait partie (c’est un des derniers ajouts), mais j’ai été surprise dessus d’autres prénoms que j’avais oubliés. Notamment des prénoms donnés en second et troisième prénoms de la petite fille d’une collègue 🙂 C’est assez drôle, surtout que c’étaient des prénoms plutôt originaux. Et mon mari voudrait pour notre prochaine fille un prénom que j’avais donné à un personnage d’une histoire que j’avais écrite. Tout est lié 😉

    On a aussi caché son prénom à nos amis (pas à nos familles : c’était le plan initial, mais visiblement, on ne s’était pas bien accordés, et dès la sortie de l’écho du 5ème mois, mon mari l’a dit à sa famille) et on a donné des indices aussi. Mais personne n’a trouvé, je crois 🙂

    J'aime

      1. C’était (il me semble) : un plutôt vieux prénom anglais et néerlandais, qui veut dire quelque chose en anglais, qui est en rapport avec la nature, et qui est porté par plusieurs personnages de fiction en ce moment (plutôt à la mode outre-atlantique). J’avais peut-être même ajouté que ça avait un rapport avec un fruit à coque, mais là ça devient facile :p

        J'aime

      1. Ooooh, c’est joli ! Je me demande si je ne le savais pas, en fait 🙂 Weena disant que tu avais déjà donné des indices, ça me met le doute 😉 Eh eh, moi je sais le prénom de Pierre 😀

        J'aime

  3. Quelle jolie histoire !!
    C’est drôle, j’ai toujours été passionnée par les prénoms aussi !
    Je dois avoir cinq bouquins sur les prénoms, leurs significations, etc. Je faisais petite des listes de prénoms pour mes futurs enfants 🙂

    Le prénom que vous avez choisi est très beau, doux et classe ! Il était sur mes listes d’enfance 🙂

    J'aime

    1. A l’époque j’étais naïve, je pensais que les bébés naissaient toujours bien avant le terme et que donc personne n’aurait le temps de deviner. Je ne serai peut-être pas aussi généreuse en indices la prochaine fois 😉

      J'aime

  4. Moi aussi je suis une passionnée de prénoms et j’ai longtemps fait de longues listes de prénoms !
    Quand j’ai rencontré mon mari, on a très vite parlé prénom également. Et nous avons, heureusement, similairement les mêmes goûts. Pour nous, on veut du court et un prénom qui ne peut pas être transformé en diminutif … On a eu un réel coup de coeur pour le prénom que l’on pense donner à notre première fille …. lors de nos premières vacances quand on a rencontré une petite fille qui portait ce prénom 🙂 Et pour le garçon, on a eu aussi un coup de coeur, mais on hésite parfois encore, notamment parce qu’un ami de mon mari a appelé son fils ainsi … On verra en fonction de ce que la nature nous offrira en matière d’enfants 😉 mais en tout cas, ils ont déjà de jolis prénoms qui les attendent !
    Et j’adore Constance 🙂

    J'aime

  5. Comment ne pas commenter ton billet ? Non seulement j’ai moi aussi beaucoup d’intérêt pour les prénoms et les histoires de couple, de famille qui sont liées à ce choix leurs aussi parce que je m’appelle Justine, mon deuxième prénom est Clémence (d’ailleurs j’aurais aimé que ce soit mon premier prénom !) et ma première fillette s’appelle Léonie ! 😉

    J'aime

    1. Je ne sais pas par quel chemin tu es arrivée jusqu’à nous mais… Bienvenue sur le blog Fustine et merci pour ton message ! C’est vrai qu’on a plein de prénoms en commun dans nos histoires… Comme quoi ils vont bien ensemble ! 😉

      J'aime

      1. Ben c’est par facebook ! C’est le lien de ton blog qui s’est affiché sur les suggestions. Peut être que c’est tous les blogs de jeune maman que je consulte qui déterminent les critères facebook ?
        En tout cas j’aurais eu beaucoup à te dire sur les debuts d’allaitement difficile : puéricultrice culpabilisante, crevasses et engorgements, tirer son lait 2 fois par nuit… Je te rassure, pour le deuxième ça roule tout seul et à la mater on te fiche une paix royale ! 😀

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :