Une histoire de… cicatrice

L’émission de la Maison des Maternelles était consacrée hier à la césarienne. Je l’ai regardée avec attention, en me disant deux choses : je suis remise de la mienne ; mais il en reste des traces…

909ee2e50252dd86a213049a416dc95c

Pourquoi j’ai eu une césarienne et comment ça s’est passé…

La grossesse de l’Oursonne est arrivée à terme, et l’accouchement a été déclenché. Après une journée de travail, la dilatation a stagné, le bébé ne descendait pas. On nous a proposé d’attendre encore une heure et de procéder à une césarienne si la situation n’évoluait pas. Dont acte, une heure plus tard. C’est une décision que nous avons plutôt bien acceptée, avec le gros Ours, même si on était conscients qu’on allait être séparés pour ce moment important. On venait de vivre ensemble une journée d’accouchement, et tout ce qu’on voulait, c’était que le bébé arrive, en bonne santé.

Je suis partie en salle d’opération confiante et la fleur au fusil. J’ai bien déchanté : l’intervention a été longue ; quand toute l’équipe a cessé de parler j’ai carrément paniqué ; sans ressentir de douleur, j’ai senti beaucoup de choses désagréables (on m’avait prévenu que ça allait « tirer », mais personnellement j’ai plutôt eu l’impression qu’on me marchait dessus) ; j’avais les bras attachés et un masque sur le visage quand on m’a présenté ma fille ; et j’ai trouvé très douloureuses les 48 heures suivant l’opération.

Pour être tout à fait juste, je dois souligner quelques bonnes surprises : je n’ai pas trouvé trop longue la séparation avec le bébé, que j’ai tout de suite retrouvée en salle de réveil ; nous avons passé deux heures à trois dans cette salle, tranquilles, en peau à peau ; j’ai pu allaiter ma fille ; les agrafes ont été retirées quelques jours après l’opération et j’ai été surprise de voir à quel point la peau avait déjà bien cicatrisé.

C’est mon expérience personnelle, et je suis aujourd’hui convaincue que la césarienne peut être mieux vécue. D’abord, pour des raisons objectives et médicales : une césarienne en urgence est différente d’une césarienne programmée. Dans mon cas, l’intervention a été longue car l’Oursonne était « à mi-chemin » : trop haute pour la voie basse, déjà basse pour la césarienne. On m’a aussi expliqué quand on m’a remis le compte-rendu d’accouchement que l’équipe avait dû utiliser des ventouses pour dégager la (très grosse) tête de ma fille. Ce qui explique les sensations de pression très fortes que j’ai senties… et le silence des intervenants, qui étaient très concentrés. Savoir tout ça m’a beaucoup aidée à digérer l’opération. Ce qui a été plus long, a été d’accepter que j’ai mal vécu cette césarienne pour des raisons plus personnelles. Ma plus grosse erreur a été de croire que la césarienne ne pouvait pas m’arriver, à moi. Pourtant, elle avait été évoquée en cours de préparation à l’accouchement, statistiques à l’appui. Mais je ne m’étais pas sentie concernée : ma grossesse se passait très bien et j’allais accoucher par voie basse, et avant le terme, et pourquoi pas sans péridurale. Parallèlement, je pensais aussi que la césarienne était une intervention anodine, rapide et indolore ; une option confortable pour celles qui la choisissent ou la subissent. Bref, j’étais complètement à côté de la plaque et si j’ai un conseil à donner aux futures mamans, c’est de ne pas suivre mon exemple !

 

Une cicatrice à court et à long terme

Presque trois années ont passé depuis la naissance de l’Oursonne. La césarienne m’a laissé une cicatrice « physique », qui m’a préoccupée au début : soins de la cicatrice, remise en forme physique, etc. Il m’a fallu environ un an pour me sentir à nouveau en forme et bien dans mon corps. Je me suis demandée si le type d’accouchement avait un impact, je pense que je n’aurai jamais la réponse, et tant pis. Césarienne ou pas, mon corps a changé car j’ai porté et nourri un bébé ; parce que je vieillis aussi.

Psychologiquement, cette opération a laissé des traces aussi. J’ai bien entendu dans l’émission de la Maison des Maternelles à quel point le médecin insistait sur le fait qu’une césarienne n’est pas un échec. Que ce qui compte, c’est que tout le monde aille bien. C’est du bon sens, mais c’est difficile d’être rationnelle dans ces cas-là. C’est en tout cas mon cas. Oui, j’ai le sentiment de ne pas avoir accouché. Je me suis sentie nulle, incapable de faire quelque chose que toutes les autres arrivent à faire. J’en veux à mon corps de m’avoir fait défaut. Je m’en veux d’avoir été si mal préparée. Je regrette de ne pas avoir attendu quelques jours de plus qui auraient peut-être pu éviter le déclenchement et la césarienne. Je culpabilise de ne pas avoir fait confiance à ma fille et de l’avoir poussée vers la sortie sans qu’elle aie pu choisir son moment. Avec le temps, toutes ces émotions sont moins vives… mais toujours présentes, surtout depuis que je suis à nouveau enceinte.

Aujourd’hui, se pose clairement la question de mon prochain accouchement. Pour moi, c’est une évidence : je vais tout faire pour accoucher par voie basse. Mais sans oublier que revivre une césarienne est possible, et que cela pourra se passer mieux que la première fois.

 

D’autres témoignages

Pendant les semaines qui ont suivi, j’ai eu besoin de lire les témoignages d’autres mamans. Cela m’a beaucoup aidée de savoir que ce qui m’est arrivé n’est ni rare, ni anodin pour autant… comme un accouchement, en fait !

Il y a aussi des témoignages de césarienne désirée et réussie. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à en parler !

Et enfin, il y a beaucoup d’infos sur le site de l’association cesarine, que je consulte encore régulièrement aujourd’hui sur le thème de l’AVAC, mon actu du moment 😉

 

Publicités

5 commentaires sur “Une histoire de… cicatrice

Ajouter un commentaire

  1. Sur le blog j’ai parlé aussi plusieurs fois de la césarienne, je pense que mes plaies sont cicatrisées et je suis en paix avec cette histoire, mais une nouvelle grossesse raviverait peut-être des choses…
    Ici aussi c’était en urgence, pour tellement de raisons différentes que je ne remets pas du tout en cause cet acte (il y a le détail sjr le blog si tu veux). J’ai eu la chance de pouvoir avoir mon mari avec moi, c’était ce qui m’importait le plus !!
    Par contre j’ai regretté de pas avoir été plus au courant des réalités de la césarienne, moi aussi on m’avait juste parlé de césarienne de confort quoi (mais je pense que comme l’accouchement par voie basse faut le vivre pour connaître).
    J’ai la même impression de ne pas avoir vraiment accouché, au début j’ai culpabilisé et me suis dévalorisée en tant que maman. Puis les hormones se sont calmées et l’accouchement étant pas une fin pour moi mais juste un moyen aujourd’hui je m’en fiche.
    Pour un second césarienne ou pas je m’en moque, c’est pas ça qui m’importe.

    C’est très décousu mon com mais je voulais partager avec toi mon retour d’expérience et mon ressenti !!

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, c’est décousu mais même des mois après on a encore beaucoup de choses à dire sur le sujet 😉Ce qui me rassure dans ton expérience comme la mienne, c’est que c’est un coup dur mais qu’on s’en relève finalement. J’aimerais être aussi zen que toi sur la perspective d’une seconde césarienne… je pense que je vivrais mieux les choses physiquement car ce sera familier, mais au fond je sais que je serai déçue de ne pas accoucher de façon plus active. On verra bien… je vais de ce pas lire tes articles !

      J'aime

      1. Tiens pour retrouver vite fait voilà le lien du tag césarienne : http://ragnagna.fr/tag/cesarienne/

        Oui le côté familier de la césarienne me ferait plaisir pour une seconde grossesse alors que l’autre on a peur comme pour un premier ! Mais si j’ai pas l’impression d’avoir « accouché » ça m’indiffère vraiment 2 ans et demi après car l’accouchement de ne m’a pas rendu mère, c’est ma fille qui m’a rendu mère. L’accouchement c’est vraiment pas ce qui m’intéresse dans la maternité…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :