Planifier les repas du soir

Longtemps je me suis demandé de bonne heure ce qu’on allait bien pouvoir manger ce soir. J’étais toujours à la recherche de l’idée de menu perdue ! Bon ok, j’arrête de faire de la littérature. Dans ce billet, on va être dans le pratico-pratique : je vous décris par le menu (haha) comment je m’organise pour les repas du soir en famille.

En préambule : mes principes de base

Pour déterminer les menus du soir, je respecte trois grands principes :

  • manger de saison. J’y tiens beaucoup, c’est écolo et puis ça évite de se lasser en mangeant la même chose toute l’année. C’est même un plaisir de retrouver un aliment qu’on aime bien après plusieurs mois (les tomates… le concombre… le melon…)
  • manger ce dont on a vraiment besoin. Chez nous, tout le monde mange de la viande, du poisson ou des légumineuses le midi. Le soir, on va à l’essentiel : des légumes crus et cuits, des féculents, un produit laitier. Et un fruit en plus pour ceux qui en ont envie. Je fais parfois une entorse le vendredi soir si on veut un plat un peu plus sophistiqué.
  • faire simple. Il faut que le repas puisse se préparer en parallèle du rush du soir (retour de crèche, bain, etc. ) et s’intégrer dans le timing super serré de la soirée, c’est-à-dire être sur la table à 19h30. Donc je ne fais pas des trucs super sophistiqués. Un légume qui s’enfourne et qui se débrouille tout seul pour être bon par exemple, c’est parfait !
img_3223-1
Manger de saison en hiver, c’est tester tous les choux ! C’était une bonne expérience mais je suis quand même pressée de changer de saison 😉

Ce qui a changé ma vie : changer d’échelle pour s’organiser

Il y a un an et demi environ, j’ai découvert sur le blog de Die Franzoesin le concept de garde-robe capsule : on choisit peu de vêtements qu’on porte pendant 3 mois, et ensuite on range tout et on se constitue une nouvelle garde robe pour la même durée. Ça désencombre, ça simplifie les choix le matin, et en 3 mois on n’a pas franchement le temps de se lasser. Eh bien l’idée m’a tellement plu que je l’ai transposée en cuisine. Je planifie chaque mois 2 semaines de menus. Et à la fin de la deuxième semaine, je reviens à la première. Quand j’ai fait tourner les menus deux fois, c’est la fin du mois. Je mets à jour ma liste des légumes de saison et je vire des menus les plats qui sortent des clous ou dont on s’est lassés. Puis je « bouche les trous » avec les nouvelles idées que j’ai eu le temps de trouver tranquillement pendant le mois. J’ai expliqué ce fonctionnement très récemment au gros Ours qui n’y avait vu que du feu…

Énorme avantage de cette organisation au mois : j’organise aussi les courses plus sereinement. Je fais un plein mensuel avec tous les produits de base (féculents, légumes secs, conserves, farine, sucre, épices, lait, tisanes, pq, etc.). Et à la semaine je n’ai plus qu’à faire un plein ultra light au supermarché (en gros j’y achète encore les œufs et le beurre), et à acheter mes fruits et légumes au marché. Je ne prévois rien pour le week-end en revanche car nous sommes souvent en goguette (je sais que je n’utilise pas cette expression exactement comme il faudrait mais je l’aime beaucoup et puis vous avez compris ce que je voulais dire). Et quand nous restons à la maison c’est le gros Ours qui cuisine et fait ses emplettes le samedi matin pendant que je fais trempette aux bébés nageurs (je vous dis tout !).

Enfin, autre atout : comme on n’improvise pas et que tout n’est pas juste dans ma tête, le partage des tâches est plus simple. Disons pour reprendre les termes consacrés de la thématique « charge mentale » que je reste le chef de projet, mais que l’exécutant à beaucoup plus de possibilités de participer.

J’ajouterais encore un bonus : quand on fait une recette plusieurs fois, on la refait plus vite et mieux, on se rôde, on ajuste. Je sais que tout le monde n’est pas comme moi, certains préfèrent se renouveler tout le temps. Mais moi je suis comme les enfants, j’aime bien la répétition. Et quand quelque chose m’a plu, je suis contente d’avoir une nouvelle occasion d’en manger 🙂

Et dernier petit truc qui m’a beaucoup aidée pour viser au plus juste sur les quantités et limiter le gâchis (une de mes résolutions pour l’année) : me renseigner une bonne fois pour toute sur les portions des aliments les plus courants (riz, pâtes, légumineuses mais aussi crudités, légumes cuits) et les peser.

Comme je suis en congé cette année, j’ai décidé d’y aller à fond. J’ai gardé la trace de mes menus de chaque mois. J’ai fait les listes de courses qui correspondent. Et même les instructions pour du batch-cooking en isolant tout ce qu’on pouvait faire à l’avance et assembler au dernier moment le soir en semaine. Du coup je trouvais dommage de ne pas vous en faire profiter…

img_3222

 

En pratique, mois par mois :

  • février
  • mars
  • avril

Si vous êtes arrivé(e) au bout de cet article, bravo ! J’espère que ça vous a plu et pourra vous servir 🙂 Et si vous voulez suivre nos menus au jour le jour, rendez vous sur Instagram ! #atableaveclafamilleours

Publicités

23 commentaires sur “Planifier les repas du soir

Ajouter un commentaire

  1. Oh la la ! Mais bravo pour cette organisation qui doit vous changer la vie !
    Ici, tu le sais, nous essayons également d’optimiser les choses en cuisine depuis début janvier, mais je suis loin de t’arriver à la cheville ! Déjà parce qu’on a du mal à voir plus loin qu’une semaine, et puis parce qu’avec mes soucis de digestion hérités de ma première grossesse, il y a plusieurs légumes hivernaux que je ne peux absolument pas manger, sous peine de souffrir pendant plusieurs jours d’affilée. Idem pour Nymphette, ma très chère constipée chronique.
    Donc, ça n’est pas si facile, en hiver, de varier, puisque nous aussi nous tenons plus que tout à manger de saison. Bref, on tourne au potirons / potimarrons / courges et endives, principalement.
    Mais je pense que je vais m’inspirer de ta belle organisation pour optimiser encore un peu plus la nôtre : merci ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est vraiment une bonne organisation! Et finalement, c’est un dérivé de la restauration collective (en tous cas dans beaucoup d’hôpitaux). Je n’y avais pas pensé mais c’est une bonne idée! J’avais tenté de m’y mettre et finalement, j’ai lâché mais je vais essayé de le refaire 😉

    J'aime

  3. Wow!!! Quelle organisation !! J’en suis incapable ahah. Comme Claire j’adore les soupes et Petit-Bout aussi mais mon mari rechigne devant soupes et la plupart les légumes cuits donc exit les tajines etc (panais, carottes, céleri, chou, patate douce, navets, …). Vraiment ça complique les choses!! En gros à l’écouter il peut se nourrir de pâtes, de riz et de galettes bretonnes! — en tout cas merci pour ces belles inspirations, chapeau!! Et le temps de cuisine chaque soir est de combien? Ça me paraît énorme mais j’imagine qu’en gérant un peu le week-end pas trop?

    J'aime

    1. Merci pour ce compliment qui me va droit au cœur de la part de quelqu’un qui assure avec les déjeuners bentos 🙂
      Je ne compte pas vraiment mon temps mais je choisis des recettes simples, donc le plus long c’est d’éplucher et de couper les légumes. Comme je ne travaille pas je n’ai pas besoin de prendre de l’avance le week-end mais j’y viendrai sûrement…
      Et sinon c’est quoi, ces maris qui boudent les légumes plus que les enfants ? Je ne me rendais pas compte de ma chance, le mien avale tout tant qu’il a la perspective de manger un peu de fromage 😁

      Aimé par 1 personne

  4. Moi aussi, je suis une adeptes du roulement … et je fonctionne plutôt sur un plat type par soir (lundi poellee, mardi viande blanche, mercredi gratin, jeudi tarte et vendredi poisson) car le Breton n’est pas très fan des soupes, ni du trop « sans viande » 😥
    Tu vas me dire, il râlerait aussi, si je n’avais qu’un roulement à 15 jours, alors j’essaie plutôt sur 3/4 semaine… et mon drame personnel il n’aime pas trople riz donc râle (j’ai dit que mon mari était un râleur?) si j’en fait plus de deux fois par semaine … donc je sèche souvent sur les féculents …
    (PS: les gratins, ça demande un peu de préparation en amont, mais c’est top pour les soirées speed 😉)

    J'aime

    1. J’aime beaucoup cette alternative de réflexion par type de plat ! Une de mes sœurs n’aime pas le riz non plus, ça fait environ 25 ans que j’essaye de comprendre comment on peut ne pas aimer un aliment si neutre… est ce qu’il aime d’autres céréales ? Boulgour, épeautre, sarrasin, blé, maïs,… ?

      Aimé par 1 personne

  5. J’ai trouvé tes idées sur Instagram déjà très inspirantes et figure-toi qu’au menu demain il y aura donc une poêlée de chou chinois 🙂 . Niveau organisation je recherche aussi l’optimisation et plutôt comme Mam’Weena je tourne avec une semaine type que j’agrémente toujours en essayant de suivre les saisons : lundi poêlée / mardi soupe / mercredi pâtes / jeudi salade – en gros.

    J'aime

  6. Ah mais c’est GENIAL!!! Niveau organisation je prépare les tenues de ma petite fille à l’avance pour la semaine suivante (toutes rangées sur des cintres dans sa penderie) et les miennes par la même occasion. Moins de temps perdu tous les jours! Par contre pour les repas je galère et je sens que cette idée va CHANGER MA VIE!!
    MERCI!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :