{Girls and books power} – Nous sommes tous des féministes : un livre à mettre entre toutes les mains

Définir le féminisme en 40 pages, c’est possible : Chimananda Ngozi Adichie l’a fait ! Son court essai, We should all be feminists (traduit par un(e) Français(e) très optimiste en Nous sommes tous des féministes), est le premier livre du défi lecture que j’ai lancé avec la blogueuse Miss Lune. Une très bonne entrée en matière qui met les points sur les « i » et se lit en une demi-heure chrono. Variante : il se regarde sous la forme d’une conférence TED : lancez-vous ! Mais si vous n’avez que 5 minutes là tout de suite, vous pouvez lire ce que j’en retiens :Comme je vous l’avais raconté ici, mon intérêt pour le féminisme est plutôt récent. Depuis que je me penche sur le sujet, j’apprends beaucoup – et je « désapprends » aussi. La lecture de We should all be feminists est vraiment tombée à pic pour moi, ça m’a permis de détricoter une bonne fois plusieurs croyances et préjugés, que je vais liste ci-dessous. Comme j’écoute aussi beaucoup de podcasts en parallèle, que je lis des blogs, ce texte a fait écho à d’autres témoignages, que je vous encourage à consulter.

En préambule, je vous livre une anecdote : mon ami Cyril (coucou Cyril !) a lu le livre et m’a dit qu’il avait retrouvé dedans tous les éléments d’une discussion qu’il avait eu quelques semaines plus tôt avec un collègue. Cet homme avait lancé à 18h « le féminisme, c’est inutile aujourd’hui, il y a des lois pour tout ça maintenant, donc on n’a plus qu’à le rebaptiser ». Cyril qui était sur le point de partir a reposé ses affaires pour discuter pendant plus d’une heure. Oui, je sais, Cyril est un mec bien 🙂 Alors que moi, il y a quelques mois, j’aurais pu dire la même chose que son collègue sans me rendre compte de l’énormité que c’est.

Le féminisme n’est pas un gros mot. L’auteur – appelons-la CNA pour aller plus vite – revient dès les premières pages sur les clichés associés au féminisme : être féministe, ça fait fuir les hommes (donc on est célibataire donc on est malheureuse) ; être féministe, c’est un truc d’Occidentaux (tant pis pour les femmes du reste du monde) ; être féministe, c’est détester les hommes (et vouloir les remplacer par des femmes) ; être féministe, c’est détester la féminité (bon du coup, on déteste tout, quoi, logique). CNA ne prend finalement même pas la peine d’expliquer pourquoi tous ces apriori sont faux. Elle dit simplement qu’elle se fait le devoir d’être féministe sans être Occidentale, sans détester les hommes, et sans détester la féminité. Car l’essentiel n’est pas là.

Pour aller plus loin, vous pouvez écouter… l’épisode 22 de La Poudre : l’interview d’Aurélie Saada, qui parle bien de comment/pourquoi on peut être à la fois féministe et très féminine.

Le féminisme, ce n’est pas inutile, car les hommes dirigent le monde. N’en déplaise à Beyoncé, « plus on s’élève dans l’échelle sociale, moins il y a de femmes », et les inégalités de salaire ne sont toujours pas résolues. Donc non, on ne peut pas dire « Tout va bien pour les femmes, maintenant, l’égalité existe, arrêtez de dire tout le temps que c’est différent pour vous. » J’aime beaucoup la démonstration de NCA sur ce sujet, car après avoir établi que les hommes dirigent le monde, elle rappelle pourquoi c’est injuste/injustifié : « il y a un millier d’années, la force physique était l’attribut essentiel pour la survie ». Et dans ce contexte, ok, nous sommes différents, et les hommes sont plus vigoureux (en moyenne). Mais aujourd’hui, ce sont des qualités tout autres qu’on demande aux leaders : la créativité, la culture, l’intelligence, etc. Or, « les hormones ne jouent aucun rôle dans ces qualités ».

Pour aller plus loin, vous pouvez écouter… l’épisode du 21 février de Génération XX : l’interview d’Insaff el Hassini, qui parle très concrètement d’inégalité salariale et qui donne carrément envie de partir en croisade.

Le féminisme ne nie pas les différences entre les hommes et les femmes. Alors là je trouve qu’on touche un point vraiment très délicat dans la définition du féminisme et de l’égalité entre les sexes. L’égalité (sociale, politique, économique), ce n’est pas être pareil, c’est avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs. Nous sommes différents. Il y a des genres. Un féministe est justement quelqu’un qui les reconnaît, et qui reconnaît aussi que « la question des genres telle qu’elle existe aujourd’hui pose problème et nous devons le régler, nous devons faire mieux. »

Le féminisme ne se confond pas avec l’humanisme. Autre mise au point qui me semble fondamentale. CNA citent les gens qui disent « Pourquoi employer le mot féministe ? Pourquoi ne pas vous contenter de dire que vous croyez profondément aux droits de l’homme ou quelque chose comme ça ? ». J’ai fait partie de ces gens. J’ai cru que c’était une façon plus progressiste de considérer la question. Et j’avais donc vraiment besoin de lire la réponse de CNA : « le féminisme fait à l’évidence partie intégrante des droits de l’homme, mais se limiter à cette (…) expression (…) serait nier le problème particulier du genre ». Nier l’oppression, l’exclusion, etc. Mettre en doute le fait que cela a été infligé aux femmes uniquement à cause de leur sexe. Donc retour à la conclusion ci-dessous : tant que la question du genre est problématique, le féminisme est nécessaire.

Le féminisme ne concerne pas que les femmes. Je veux dire par là trois choses différentes : d’abord, c’est un combat que les femmes ET les hommes doivent mener (c’est la conclusion de l’essai de CNA) et TOUS en bénéficieront ; ensuite, cela signifie que nous devons revoir notre façon d’éduquer les petites filles ET les petits garçons ; et enfin, que lutter contre les stéréotypes de genre et la détermination sexuelle, cela concerne ce qui s’applique à la féminité ET à la masculinité. Ce dernier pendant est très cher à mon mari, qui a été très marqué par l’intervention d’Emma Watson à l’ONU en 2014 (déjà !). On en parle pas mal ensemble.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire… le récent article de Ces yeux bleus sur les stéréotypes de genre liés à l’éducation, au rôle du Papa et de la Maman. Ça s’appelle « je suis leur père, pas leur baby-sitter », et c’est un témoignage à deux voix, avec son mari. Leur exemple est très symptomatique et dénonce plein de clichés…

Je vous recommande aussi, sur le thème de la masculinité, le podcast Les couilles sur la table – l’épisode du 4 janvier sur les Educations viriles, notamment, avec Olivia Gazalé, spécialiste de la virilité. Et deux podcasts de Madmoizelle qui font témoigner des hommes et abordent plein de sujets autour de la question de genre : Histoires de Darons et Boysclub.

Pour conclure… Le texte de Chimananda Ngozie Adichie contient des messages essentiels et les délivre d’une façon très accessible (tout est illustré par des exemples). C’est donc un livre à mettre entre toutes les mains ! Je pense que même des ados pourraient profiter de cette lecture. Pour ma part, j’en ressors avec les idées claires et beaucoup d’appétit sur le sujet… je suis donc motivée pour poursuivre notre défi de lecture en m’attaquant à Simone de Beauvoir ! Vous me suivez ?

Pour lire le compte-rendu de Miss Lune sur le même livre, c’est par ici !

Et vous, avez-vous lu Nous sommes tous des féministes ? Qu’en avez-vous pensé ?

Les citations qui illustrent cet article proviennent de elle.fr

5 commentaires sur “{Girls and books power} – Nous sommes tous des féministes : un livre à mettre entre toutes les mains

Ajouter un commentaire

  1. Très intéressant ton résumé.
    En fait, ce qui est compliqué avec le féminisme, c’est qu’il n’y a pas une définition claire ou tout le monde se réfère.
    Je vais aller regarder tes références dès que j’ai un peu de temps car ça m’intéresse beaucoup, surtout depuis que je sais que j’attends un petit garçon 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :