Une histoire de prénom – volume 2 (la suite)

Choisir le prénom de notre deuxième fille a été une looongue histoire ! Voici la suite :

Chapitre 3 – Juliette

Pendant plusieurs semaines, notre bébé s’est virtuellement appelée Juliette. Enfin c’était moi qui insistait pour que le gros Ours m’impose ce prénom. C’est vraiment absurde… au fond, je n’accrochais pas vraiment avec ce prénom, pour plusieurs raisons : il est dans le top 20 des prénoms de filles les plus donnés ces dernières années ; il n’y a pas vraiment de signification étymologique ; et surtout je n’ai jamais envisagé de donner ce prénom, moi qui joue depuis si longtemps à chercher ceux de mes enfants imaginaires ! C’est surtout ça qui me gênait. Je baissais les armes alors que ce sujet me tient à cœur à moi, et que le gros Ours disait lui-même ne pas avoir de coup de cœur.

Toujours est-il que j’ai cru attendre une Juliette pendant un moment. Je ne l’appelais pas par son prénom. Avec le gros Ours, on parlait du bébé. Et, toujours, de prénoms. Notre fille aînée qui a entendu certaines de nos conversations semblait l’avoir compris aussi, mais on ne lui a jamais fait d’annonce officielle. En revanche on a interdit à nos proches de la « cuisiner » car elle risquait de leur donner ce prénom qu’on voulait garder secret jusqu’au bout.

Chapitre 4 – Le revirement des derniers jours

Trois semaines avant le terme, tout s’est accéléré autour de l’arrivée du bébé. Notre fille aînée est partie en vacances chez mes parents. Nous nous sommes retrouvés en amoureux pour faire les derniers aménagements de la chambre (et binger Stranger Things). À la maternité, la croissance de mon gros bébé était surveillée de près, et on m’a recommandé un accouchement déclenché. Nous étions donc au pied du mur ! C’est là qu’une de nos fréquentes discussions de prénoms a abouti. Le gros Ours m’a avoué qu’il avait toujours su que ce ne serait pas Juliette finalement ; et qu’il se « préparait » depuis des semaines à aimer Gabrielle.

Le principal frein pour lui sur ce prénom, c’est qu’il est surtout donné à des petits garçons en ce moment. Il n’a pas envie qu’on dise à sa fille qu’elle a un prénom de garçon. Je n’ai pas partagé cette inquiétude. Je trouve ce prénom gracieux et féminin, il y a au moins deux Gabrielle connues (Gabrielle d’Estrée et Gabrielle Chanel), je ne crois pas que les gens ignorent qu’il se donne aussi aux filles – et s’ils ne le savaient pas, ils ont dû s’en rendre compte à l’automne dernier, quand les pubs pour le parfum féminin Gabrielle ont fleuri partout. Le gros Ours n’était pas très réceptif à mes arguments, il a fait son chemin tout seul. À partir du moment où il a dit « ok » pour Gabrielle, on a commencé à appeler notre bébé par son prénom. Il était temps, elle est née moins d’une semaine après !

Gabrielle porte deux autres prénoms, qu’on a choisis bien plus tôt que le premier, et avec moins d’atermoiements : le prénom de la maman du gros Ours, Catherine ; et un prénom choisi par ma mère (pas très fan du sien), Marie (comme sa grande sœur).

Épilogue – un choix tardif, ça change quoi ?

Avec mes deux grossesses, j’ai eu l’occasion de vivre deux expériences très différentes. La première fois, on a eu un coup de cœur commun. Notre fille a eu un prénom in utero pendant près de quatre mois. Quand elle est née, il était déjà gravé dans nos cœurs. Je me souviens de m’être présentée plusieurs fois à la nurserie de la maternité comme « la maman de … ». C’était à la fois exotique et familier – très grisant dans tous les cas.

La deuxième fois, j’aurais voulu que l’histoire se répète mais… est-ce que c’était possible ? On n’a pas eu de coup de cœur, on a attendu un bébé anonyme. J’en ai voulu au gros Ours de reporter la décision. Il disait que pour lui, choisir après la naissance ne posait pas de problème. Ça me rendait dingue !!! Mais avec quelques mois de recul, j’arrive à trouver aussi des avantages à cette configuration. Quand notre petite est née, nous ne nous étions pas encore totalement approprié son prénom. On était presque encore surpris de notre choix. Ce prénom nous semblait tout nouveau, comme notre nouveau-né, comme la vie qui commençait pour nous quatre.

Publicités

10 commentaires sur “Une histoire de prénom – volume 2 (la suite)

Ajouter un commentaire

  1. Moi je connais des Gabrielles, même si c’est vrai que la tendance est au garçon ! Ce qui m’a vraiment surpris c’est le Gabriele d’un camarade de classe de Lu. Un l mais un e !
    J’ai l’impression que la seconde grossesse est moins investie que la première, car avec déjà un enfant qui occupe les pensées, u-delà du prénom. Ou c’est nous qui avons été trop refroidi ? J’ai hâte d’avoir un sexe pour bosser le prénom, j’espère que ça m’aidera à m’investir !

    J'aime

  2. J’aime beaucoup ce prénom. Moi, je le voulais en prénom masculin, mais j’ai une très bonne amie qui porte ce prénom et ça lui va à merveille. Je trouve ce prénom très classe et qui convient aussi bien à un enfant qu’à un adulte !
    Chaque prénom à son histoire, tout comme chaque grossesse et chaque enfant aussi …

    J'aime

  3. J’aime beaucoup les prénoms de tes filles, je les trouve très doux.
    Ici même si on s’était décidés assez tôt, on a jamais appelé notre bébé par son prénom quand j’etais enceinte (on l’appelait « poussinette »), un peu par une sorte de superstition…Mais du coup, ça m’a fait un peu bizarre à la maternité quand tout le personnel appelait ma fille par son prénom…j’avais comme du mal à assimiler que ce n’était plus « Poussinette »…je comprends donc ton ressenti pour Gabrielle!

    J'aime

  4. J’adore les histoires de prénoms, je ne me lasse jamais de discuter prénoms avec les futurs parents! D’ailleurs je fais souvent mouche en cherchant les prénoms mystères!
    Pour nous, le prénom de notre grande était une évidence, ayant tous deux craqué sur ce prénom avant même sa conception! Pour un garçon, nous étions moins inspirés et avions quand même réussi, à force de discussions et de recherches dans des livres, à éditer une liste de 5-6 prénoms. Nous n’avons jamais eu à nous en servir puisque nous avons eu une 2ème fille…mais difficile alors de retrouver le même enthousiasme sur les prénoms! C’est venu finalement vers la mi-grossesse, nous avons fini par nous habituer tous deux à un prénom rare (comme l’est aussi celui de notre ainée) mais connu de tous. Depuis, je n’ai que des compliments sur les prénoms de mes puces, et je n’ai jamais regretté nos choix tant ils leur vont bien! (et en grande fan du site jolis prénoms, si tu es curieuse, tu pourras sans doute les découvrir là bas… ;o)!)

    J'aime

  5. Oh! j’adore Gabrielle comme prénom. Il était d’ailleurs sur ma liste pour ma fille 🙂
    Nous avons trouvé les prénoms définitifs de nos enfants en toute fin de grossesse. Heureusement que j’ai accouché après terme à chaque fois !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :