Bébé velcro

J’avais titré « bébé glue » à l’origine, mais finalement cela m’a paru un peu injuste. Mon bébé est très collé à moi, et j’en suis largement responsable. Mais en ce moment, j’aimerais bien qu’on se « déscratche » un peu…

J’ai rencontré des mamans qui disaient être plus fusionnelles avec leur deuxième bébé. Ça m’a étonnée – pour moi la fusion etait plus évidente avec mon aînée, elle était tout pour moi, ce que sa petite sœur ne sera jamais. Bref, je ne me sentais pas concernée.

Mais au bout de 7 mois je suis bien obligée de constater que cette enfant et moi sommes toujours ensemble. Paradoxalement j’ai toujours le sentiment de ne pas lui consacrer assez de temps – ni à elle , ni à sa grande sœur – alors qu’elles sont constamment autour de moi. Je n’ai pas passé une seule soirée loin de ma petite Ourse depuis sa naissance en novembre, et je ne l’ai pas confiée plus de deux heures en journée. Je peux l’expliquer, mais en fait toutes mes explications ne sont que la conséquence de choix que j’ai faits : portage, allaitement exclusif, cododo, DME… (cette liste me rappelle étrangement l’article de Picou Bulle sur les tendances qui la laissent sceptique 🙂).

Je suis convaincue des bienfaits à court et à long terme du maternage proximal et de l’éducation bienveillante. En fait j’y suis arrivée de façon empirique avec mon aînée, je faisais ce qui fonctionnait, en étant à l’écoute de ses besoins et des miens. Ce maternage n’était pas prémédité. En revanche pour mon deuxième enfant, je savais d’avance que je maternerais à fond, j’avais hâte de recréer cette parenthèse où ma vie, mon corps, ma tête, serait complètement tournée vers mon bébé. Et surtout j’étais pleinement rassurée cette fois-ci, je sais que ça ne dure qu’un temps, que le « temps pour soi » revient.

Quand ma petite Ourse est née, je l’ai donc allaitée vraiment à la demande (je n’ai rien noté, je ne regardais pas l’heure, etc.), je l’ai portée dans mes bras puis en écharpe dès que j’avais besoin d’avoir les mains libres, et elle a très peu dormi dans son petit lit. Je ne lui ai pas donné de biberon car il me semblait que rien ne pressait – et parce que je n’aime pas tirer mon lait. Enfin, comme avec notre aînée, j’ai respecté la volonté du gros Ours de ne surtout pas donner de tétine à notre bébé. Dans ces conditions, j’ai pouponné avec bonheur, ma fille a grandi et bieeeen grossi. J’imagine qu’on peut considérer que je suis plus fusionnelle avec ma petite qu’avec ma grande Ourse. Je suis en tout cas plus maternante et moins complexée de l’être. Plus consciente aussi du privilège que c’est de vivre avec un bébé et d’en prendre soin.

Mais comme il y a trois ans, j’atteins un stade de saturation. Je voudrais bien retrouver ma liberté pour sortir le soir sans mon bébé, mais… elle ne s’endort qu’avec moi et se réveille en général avant minuit. Je voudrais bien la confier une journée avec sa sœur pour glander à la maison, mais elle refuse les biberons et pour le moment elle n’avale que de très petites quantités de solides avec la DME – et ferme obstinément la bouche si on essaye de la nourrir à la cuillère.

Aujourd’hui, sans regretter mes choix (et sans être aussi désespérée qu’il y a trois ans), je suis quand même impatiente de voir évoluer la situation. J’ai fait une petite liste d’objectifs à faire atteindre progressivement à ma fille pour pouvoir retrouver mes soirées : dormir sans téter, dormir dans son lit, s’endormir à heure fixe le soir, ne pas se réveiller dans la soirée, ne pas téter la nuit, ne pas se réveiller la nuit. En parallèle j’essaye de caler ses siestes et de lui faire prendre un biberon par jour (à l’heure du goûter). On continue aussi de la faire progresser avec la DME. On a du pain sur la planche ! Mais personnellement formaliser les choses et les voir écrites a plutôt tendance à m’encourager.

Si vous vivez la même chose, on en parle ? Et si vous l’avez vécue, dites-moi comment vous y avez mis fin !

Publicités

10 commentaires sur “Bébé velcro

Ajouter un commentaire

  1. Je trouve que c’est très courageux de nous le dire, et très beau de savoir t’en rendre compte. J’ai plus de mal dans ce genre de situation. Et même si je pratique beaucoup moins le « maternage proximal », ce genre de choses, je me suis quand même reconnue dans ton article. Sur le portage par exemple, cette manie qu’avait pris Charles de ne s’endormir QUE comme ça, je n’en pouvais plus mais il m’a fallu un vrai déclic, un vrai ras-le-bol (à 10 mois et plus de 10 kilos) pour réussir à me l’avouer (et encore quelques jours supplémentaires pour l’avouer à mes lectrices). Mais en tout cas, d’expérience avec mes deux, je crois que le plus souvent, les blocages viennent de nous : nos bébés ont des trésors de capacité d’adaptation. Alors je suis presque sûre que, maintenant que tu l’as décidé, ça va se faire, tu réussiras à retrouver tes soirées.

    Aimé par 1 personne

  2. Et ben paradoxalement, je pensais « materner » plus mon deuxième et c’est lui qui « n’a pas voulu » … il m’a fallu plusieurs mois pour accepter le fait qu’il n’ai pas besoin de moi pour s’endormir, qu’il ne m’appelle pas la nuit, etc. (Tu sens le parent maso.)
    Je crois qu’une partie des « injonctions » de certaines tendance de maternage proximale me donnaient l’impression de « rater » quelques choses avec mon second fils alors que c’est juste son caractère 😓

    J'aime

  3. Ma première n’a pas eu besoin de maternage proximal… Au contraire, elle criait presque à l’indépendance dès le début 😉 Du coup, je n’ai pas vécu toutes ces problématiques.
    Pour bébé2, j’irai au feeling. Je voudrai tenter l’allaitement et le tire-allaitement car ça tient à cœur à mon mari et faire peut-être un peu plus de portage. Mais je sais que je n’arriverai jamais à la même chose que toi car ce n’est pas ma nature.
    J’espère que tu trouveras les solutions pour te déscratcher un peu mais je suis certaines que vous êtes toutes les 2 pleines de ressources 😉

    J'aime

    1. Merci pour ton message de soutien ! Tu me raconteras pour bébé 2… on est toutes differentes, et nos bébés le sont aussi entre eux… du coup chaque relation mère enfant est unique, c’est cevqui est difficile et beau à la fois !

      J'aime

  4. Comme ton article me parle ! Surtout concernant la nuit de ma fille. Alors maintenant elle s’endors seule, mais ça s’est fait dans la douleur !! Maintenant, c’est mon mari qui gère les couchers, mais ça dure toujours aussi longtemps. Cela fait maintenant 3 ans et demi que nous n’avons plus de soirées ensemble pour ainsi dire.
    Malgré tout, le seul regret que j’ai, c’est de ne pas avoir chercher du soutien plus tôt. Ce qui me fait relativiser, c’est de me dire qu’à l’échelle d’une vie, 3 ans, c’est rien. Mais c’est sûr que quand on est dedans, ce n’est pas facile.
    J’ai juste envie de te dire : fait ce qui te semble bon pour toi. Car si tu es bien dans tes baskets, tes filles en bénéficient 🙂 Courage à toi.

    J'aime

    1. 3 ans et demi sans soirées ensemble… c’est vraiment dur je trouve, je compatis ++ !
      En tout cas je te rejoins sur la conclusion, tant qu’on y trouve son compte, tant pis pour les normes ou le regard des autres. Mais quand on en a ras le bol, c’est le moment d’agir…

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, c’est ça durant ma grossesse, je n’en pouvais plus. Alors, les endormissements se sont fait un peu dans la douleur. Même si nous étions présents pour elle, ce n’est jamais simple. Le point positif, c’est qu’elle s’endort maintenant toute seule. Mais elle met toujours autant de temps et on doit rester dans le couloir. Mais au moins on peut faire quelque chose pendant ce temps 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :