« C’est bien les filles » : un an après

Il y a un an, nous avons appris que nous allions avoir une deuxième fille. Aujourd’hui, elle est parmi nous et je n’imagine pas ma vie autrement. Mais je me souviens bien de cette nouvelle qui m’a beaucoup chamboulée et de la période qui a suivi, assez spéciale et douloureuse. Je me revois fin juillet, ravalant mes larmes dans la voiture à la pensée que je n’aurais peut-être jamais de fils. Que ça faisait déjà deux fois que je n’en avais pas été « capable ». J’avais eu avant de partir en vacances un rendez-vous avec une sage-femme qui m’avait trouvée « pas très en forme » et m’avait prescrit des vitamines, du fer et de l’homéopathie pour me détendre et m’aider à dormir. Je me réveillais beaucoup la nuit. Je n’étais, effectivement, pas sereine.

Je voulais à tout prix qu’on trouve un prénom pour ce bébé fille. Pour moi c’était un signe fort de notre envie de l’accueillir. Mais nos conversations sur le sujet tournaient en rond.

Il y a eu tout de même des petits signes, des micro événements ou des pensées qui m’ont remontée le moral. J’ai aperçu dans la rue un papa avec sa deuxième fille. Elle marchait en lui tenant la main, elle courait presque, en équilibre instable, pour suivre le rythme. De l’autre main elle tenait un doudou qui ballotait avec elle. Je ne sais pas pourquoi, ça m’a beaucoup émue (attendez, je sais pourquoi : j’étais enceinte). J’étais attendrie par cette deuxième petite fille. Je pense qu’à ce moment-là j’ai réussi à me projeter un peu mieux, à comprendre que je serais attendrie par ma propre fille, toute deuxième et toute fille qu’elle serait.

Un autre tout petit événement qui a compté, c’est ce jour où je me suis retrouvée seule à la maison, sans mari et sans enfant. Je ne savais absolument pas quoi faire, je suis allée faire les soldes. J’ai fait mon premier achat pour ma deuxième fille : un petit imperméable à fleurs, taille 12 mois. Pas un vêtement de bébé, un vrai vêtement de fille, qui tient debout, à qui on fait des couettes.

Alors, est-ce que « c’est bien, les filles » ?

Bah oui, c’est bien. À vrai dire je suis assez convaincue que notre vie avec un petit garçon ne serait pas très différente à ce stade – mais c’est évidemment impossible à vérifier.

Je constate en tout cas qu’en un an, j’ai beaucoup lu/écouté des podcasts touchant au féminisme, à la masculinité, au genre. C’est dans l’air du temps et j’ai de l’appétit pour le sujet !

Mes dernières découvertes :

⁃ le podcast de LSD sur France Culture, qui a consacré toute une semaine au sujet : « masculins, est-ce ainsi que les hommes se vivent ? »

⁃ le podcast « Les couilles sur la table »

⁃ les podcasts de Madmoizelle : « sois gentille, dis merci, fais un bisou » (mon top 3 à chaud : Eléonore Pourriat, Cécile Duflot, Bérengère Krief, et Jack Parker – mais ça fait 4) et The Boys Club (Guilhem, William Réjault, Thomas Hercouët)

⁃ le film « Je ne suis pas un homme facile », dispo sur Netflix. J’ai trouvé certaines idées super lourdes sur le coup, mais au final tout invite à réfléchir, donc rien n’est gratuit…

⁃ un article court mais intéressant dans le dernier Marie Claire : Élève-t-on les filles comme des garçons ? Spoiler: la réponse est plutôt oui. Mais on n’élève pas les garçons comme des filles…

⁃ j’ai lu « We should all be feminists » et j’essaye de lire Beauvoir (dans le cadre du challenge lancé avec Louna), mais c’est pas de la tarte !

Publicités

5 commentaires sur “« C’est bien les filles » : un an après

Ajouter un commentaire

  1. J’ai toujours voulu avoir les deux: un garçon et une fille, le choix du roi comme on dit. Mais avec tout de même l’envie viscérale d’avoir au moins une petite fille. Rêve exaucé! Et pour le second, même si maintenant j’aimerais un garçon, je sais que si c’est une fille je le prendrais très bien, car les couettes, les robes et le rose c’est décidément mon rayon!

    J'aime

  2. Toujours pas de bébé 2 en vue mais autant avant d’avoir Tess, je souhaitais un garçon puis une fille… Autant maintenant, avoir 2 filles m’iraient vraiment bien même si un petit garçon serait accueilli à bras ouverts 😉

    J'aime

  3. J’ai traversé la même phase que toi, on ne pensait pas avoir vraiment une préférence puis quand la sage-femme nous a dit « fille » à nouveau on a été un peu déçu on l’a senti. Puis curieusement quand après elle nous a dit garçon, j’ai été tout autant déçue finalement car je m’étais projetée dans deux fillettes !!
    Finalement je suis ni déçue, ni contente, je suis juste un peu inquiète des nouveaux défis que mon masculin de fils va me donner à tester (le pipi hélicoptèèèère !!) 😆 Mais je sais que quand il sera dans mes bras tout ira de soi d’un coup…

    J’ai exactement le même appétit pour les sujets sur le genre qui sortent à foison cette année, mais ça a toujours été un sujet qui m’a interpelée ! Et j’ai pas aimé non plus « Je ne suis pas un homme facile », ça ne m’a pas plus réjouie de voir l’homme subir plutôt que la femme !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :