Courir quand on est Maman

En février, j’ai franchi la ligne d’arrivée d’une course de 15 km. Rien de bien affolant sur le chrono, mais c’est un exploit personnel qui m’a vraiment donné la pêche ! Je vous raconte comment j’en suis arrivée là, et comment je compte rester bien dans mes baskets (de running).

Préambule – Le running et moi

Quelques lignes pour vous raconter mon parcours de runneuse. Je ne suis pas une runneuse-née, comme vous pourrez le constater. Et c’est bien l’essentiel de mon message : on peut s’y mettre à tout moment !

« Aimer courir », « être une runneuse », ça a longtemps été un de mes fantasmes. Quand j’ai découvert l’endurance en cours d’EPS au collège, on devait courir 20 minutes : pour moi, c’était le bout du monde ! On ne peut pas dire que j’ai eu le coup de foudre avec le running, à l’époque. Au lycée, j’ai rencontré une fille super sportive, qui courait pour la plaisir – avec un discman jogproof, ce qui incarnait pour moi le mélange parfait de la classe et de la technologie (ne riez pas !). Je l’ai admirée, mais je ne me suis pas lancée. Encore plus tard, j’ai dû préparer une épreuve de course pour un concours. J’ai découvert les programmes d’entraînement mp3 de Jiwok. J’ai apprécié le côté méditatif de cette discipline. J’ai compris que je pouvais progresser en me donnant les moyens. J’ai aimé que ces moyens soient en fait surtout du temps, et pas tellement de l’argent ou de l’équipement. Bref, j’ai trouvé ça cool et je me suis promis de m’y mettre. Mais finalement cette promesse, je l’ai renouvelée de nombreuses fois dans les années suivantes, sans jamais la tenir. C’est seulement après ma première grossesse que j’ai vraiment sauté le pas. Pendant un peu plus d’un an, j’ai couru le dimanche, en laissant ma fille avec son père. J’étais contente d’avoir ce moment de solitude dans le week-end, et satisfaite de constater mes progrès d’un mois à l’autre. Puis nous avons déménagé tout près d’une forêt. J’ai couru deux fois avant de faire un test de grossesse positif. Je sais qu’on peut continuer à courir enceinte, mais moi j’ai tout stoppé net.

Après ma deuxième grossesse, j’ai repris le sport progressivement mais sérieusement.

J’avais fait un compte-rendu détaillé des six premiers mois post-partum dans cet article. Dix mois se sont écoulés depuis. J’ai terminé le programme de reprise du sport en courant au cours de l’automne. Quand j’ai repris le boulot, je me suis accordé une petite pause, avant de reprendre en janvier un entraînement par semaine. Et je me suis inscrite pour une course en février : 15 km ! Une distance que je n’avais jamais parcouru DE TOUTE MA VIE !!!

athletics blue ground lanes

Ce qui me motive pour courir

Etre en forme et en bonne santé est la motivation sous-jacente de ma démarche. Mais quand je me préparer pour aller courir, ce n’est pas forcément ce qui me pousse dehors.

Il y a plusieurs détails qui m’aident :

  • ma course du dimanche, c’est ma pause-détente ! Avant, je voyais la course comme un effort, voire une souffrance. Maintenant je n’ai plus du tout la même représentation, et ça change tout. Les avantages de la course me sautent aux yeux : courir c’est être seule, dans la forêt, écouter un podcast (mes préférés sont ici et ici) et réfléchir, ne pas forcer pour pouvoir tenir longtemps. Le reste du temps, je me rends super disponible pour les enfants, alors ce moment de déconnexion, il est vraiment précieux !
  • avoir un jour fixe et s’y tenir depuis un moment, ça m’aide aussi beaucoup. Le dimanche matin, je me sens « conditionnée » pour aller courir.
  • je commence à courir dès que j’ai franchi la porte de l’immeuble. J’ai pas trop le temps de réfléchir, j’y vais.
  • j’ai toujours un objectif (de temps, en ce qui me concerne), et j’utilise une appli qui me donne des repères.
  • je suis bien chaussée et bien équipée. C’est quand même plus agréable de savoir qu’on ne va pas se cailler les miches… Cet hiver, j’ai couru avec un pantalon spécial, qui tient chaud, une veste de running déperlante, et un bandeau sur la tête. Des investissements raisonnables que je n’ai pas regrettés.
  • je me récompense de ma course : quand je rentre, je m’accorde une longue douche (avec masque du visage, gommage corporel, shampoing, crémage complet : la totale !), et je partage la capture d’écran de mon appli avec ma famille et/ou sur Instagram. C’est narcissique, mais j’assume, la fin justifie les moyens ! A chacun de trouver son truc… J’ai entendu récemment Pauline Laigneau raconter qu’elle se récompense avant de courir, en se préparant un chocolat chaud.

look_like.jpg

Comment je m’organise pour courir

Personnellement, je n’ai jamais tenté le running poussette.

Je ne pense pas que ce serait jouable dans la forêt, et, surtout, ça supprimerait une de mes motivations principales pour courir : la tranquillité ! Je dois donc confier les enfants quand je cours. Le dimanche matin, c’est en général mon mari qui s’occupe des filles.

Je compte caler à partir de maintenant un deuxième entraînement. J’hésite entre le matin très tôt (mais j’ai un peu peur d’aller courir dans la forêt à l’aube), ou en fin de journée dans la salle de sport de mon entreprise (mais j’ai peur de m’ennuyer sur le tapis de course)… Bref, mon cœur balance et je suis preneuse de vos retours d’expérience !

J’utilise des plans d’entraînement pour me fixer des objectifs sur plusieurs semaines. Voici quelques sources que j’utilise :

J’avais en tête de créer un tableau Pinterest avec des plans d’entraînement mais il n’y a presque rien en français – et c’est moche, alors ça m’a découragée, je suis une esthète (parfois).

Y a-t-il d’autres mamans qui courent dans la salle ? Ou qui veulent s’y mettre ? On se motive ensemble ?

20 réflexions au sujet de « Courir quand on est Maman »

  1. Merci pour cet article intéressant. Je suis admirative de ta détermination et bravo pour le 15 km. Pour ma part, j’essaie de me remettre au running depuis quelques semaines (merci le beau temps de février!) mais c’est compliqué. J’espère pouvoir me motivé comme il faut d’ici les prochains mois.

    J'aime

  2. Perso, je suis la « honte » de ma famille, mais non, vraiment courir ne me tente pas … j’ai’bien essayé pour leur faire plaisir sur une course familiale de 10km mais la date est tombée à l’eau (et eux essaye toujours de m’inscrire à un semi 😒)
    Perso, ce qui me détend, ce sont les arts martiaux que je pratique depuis plus de 20 ans, c’est peut-être moins endurant que la course à pied, mais taper sur quelqu’un de volontaire pour l’activité me convient beaucoup plus 😅 (d’ailleurs, j’y ai entraîné mon mari, on va donc se chercher une baby-sitter fixe afin de pouvoir tranquillement s’y adonner en couple 😉)

    J'aime

  3. J’adorais l’endurance au collège et lycée et puis je ne sais pas trop pourquoi mais après ça a commencé à me faire des fourmillements. Je n’y ai plus retrouvé le plaisir que j’avais alors j’ai arrêté.
    J’aimerais prendre des cours de yoga.
    Depuis septembre, j’ai repris le sport en douceur avec des cours de gym douce active (à un tarif imbattable avec une association de ma commune) Bon c’est pas le gros kiffe mais ça me permet de reprendre en douceur et d’avoir un petit moment pour moi 🙂

    J'aime

  4. Je suis une « ex » coureuse ! Et je compte bien reprendre dès que possible !
    Depuis que j’ai arrêté mes études, j’ai toujours été très sportive (j’avais besoin de mon heure de sport quotidienne) (limite accro).
    Après la naissance de Cracotte, j’ai diminué mes entrainements et ai découvert la course. Quel bonheur ! Je faisais une sortie « longue » (pour moi) de 12km le dimanche matin.
    Depuis ma deuxième grossesse, je ne fais plus de sport du tout et j’avoue que là je commence vraiment à en ressentir le besoin… Il faut que j’arrive à mettre en place une organisation qui me permettrait de reprendre… jusqu’alors le dimanche matin était un moment calme, où l’on se retrouvait tous les 4…

    J'aime

  5. Je me retrouve beaucoup dans ton article ! Surtout entre les cours d’EPS et maintenant ahah. Avant je courais en salle et puis j’ai découvert la course extérieure et depuis impossible de revenir sur un tapis ! Par contre le cardio en salle sur d’autres machines c’est chouette aussi parce que ça permet de varier. Et c’est vrai que quand on est maman, faire du sport « pour soi »(parce que courir après les enfants et gérer un foyer ça reste du sport ahah), c’est pas évident côté timing. D’ailleurs j’adore courir dehors mais je préfère le faire avec au moins un/e partenaire et trouver son binome c’est pas simple

    J'aime

  6. Bravo, c’est super 15km!
    J’ai beaucoup couru quand j’étais enfant/ado, je faisais de l’athétisme, des cross, et mon père m’emmenait courir le dimanche et c’était devenu une corvée. Quand j’ai quitté la maison, j’ai arrêté totalement de courir (je faisais plein d’autres sports par ailleurs). Je m’y suis remis quand j’ai eu mes enfants, c’est redevenu un plaisir ouf! Je fais très peu de courses mais je cours très régulièrement. Pour moi l’avantage incomparable de ce sport, c’est que j’y vais quand je veux, où je veux! Et que même sur une sortie courte, j’en ressens les bénéfices physiques. Selon mes dispos persos et mon planning pro, ça change tout le temps de jours. Ca peut être sur la pause déjeuner, au réveil quand nous sommes chez des amis, en fin de journée après le boulot (quand les jours rallongent).

    J'aime

  7. Je suis très admirative de ta pugnacité et du plaisir que tu as réussi à trouver dans cette activité si saine.
    Mister F. est un coureur né (enfin, un sportif né, même) et du temps où nous n’avions pas d’enfants, il m’emmenait parfois courir avec lui. Malheureusement, je n’ai jamais accroché à ce sport, malgré mes multiples tentatives pour m’y (re)mettre, notamment après ma première grossesse. Je crois aussi qu’il faut que je me fasse une raison : mes genoux fragiles seront toujours problématiques pour pratiquer la course (et pourtant, je suis allée consulter un podologue du sport, qui m’a fourni un planning d’entraînement, etc etc….).
    C’est pourtant un sport parfait pour les jeunes mamans, avec tous les avantages que tu nous cites, et j’ai bien du mal à trouver un équivalent (on est d’accord que le yoga, ça compte pas….).

    J'aime

      1. Alors le vélo ne m’est vraiment pas conseillé pour les mêmes raisons de genoux pourris et la piscine, franchement, je trouve ça très dur de se motiver.
        À la limite avec des collègues sur le temps de midi, mais jusqu’à présent j’ai pas réussi à motiver les troupes….

        J'aime

  8. La course et moi, ça fait 12 … Comme toi, en cours d’EPS … ça me donnait des boutons … mais ça continue ! Je n’y trouve aucun plaisir et surtout je n’ai aucun souffle … Je compte (re)démarrer une sport d’ici la rentrée mais j’opte plutôt pour de l’aquabike ou aquagym (même si je frissonne d’avance à l’idée de la piscine en hiver)

    J'aime

  9. J’ai enfin pris/trouver le temps de lire cet article qui me parle x10 bien évidemment!!

    Je ne sais pas si j’en avais déjà parlé sur mon blog, mais je l’ai fais pour une interview qui sera publié en mai (trop hâte) mais moi aussi l’endurance au collège me donnait des sueurs froides. Un tour de stade me semblait le bout du monde avec mes petites pattes…et progressivement j’y ai pris goût, pour le côté solitaire, abnégation et grand air sûrement.
    J’avais arrêté en même temps que la découverte de la vie étudiante (sic), et après 1 200 tentatives de reprises (dont une avec Jiwok que je trouve quand même bien fichu), celle qui fût la bonne fût la reprise post-grossesse.
    3 ans plus tard (et avant une nouvelle reprise) je pense avoir compris pourquoi: j’ai enfin repris progressivement (la césa ça aide à se calmer…) ; j’ai de nouveau apprécié d’avoir des moments d’échappatoire rien que pour moi ; et j’ai eu progressivement de nouveaux objectifs (= des dossards).

    15km c’est carrément pas mal, et la sortie du dimanche c’est sacré! sinon pour la sortie supplémentaire, entre tes deux options je choisirai celle du matin, mais en bonne trouillarde je n’oserai pas aller en forêt non plus…

    J’avais mis quelques tips ici, si jamais ça peut en inspirer
    https://ellecourtellecourt.com/2018/01/23/mes-astuces-de-running-mum/

    J'aime

  10. Ah ! Félicitations pour cette course de 15 km ! Est-ce que tu envisages un semi-marathon ?
    Je suis ancienne athlète et à 8 mois postpartum, j’ai encore peur de courir à nouveau…Mais j’avoue avoir hâte de me remettre à courir ou sauter ! 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s